Publié le Mercredi 17 Août 2011 à

Régions > Charleroi > Actualité

Charleroi: les prostituées déplacées rue des Rivages ne se sentent pas en sécurité et perdent des clients

Rédaction en ligne

Depuis ce lundi, les prostituées de la ville-basse doivent se retrouver rue des Rivages. En soirée, elles peuvent aussi s’installer sur le quai de Flandre, entre les rues des Rivages et Monnet. C’est le nouveau règlement, mais les filles dénoncent l’insécurité des lieux.
(TH.PORTIER)

(TH.PORTIER)

En journée, ce n’est déjà pas très folichon: nous perdons beaucoup de clients, ici rue des Rivages. Mais en soirée, c’est encore moins drôle. Nous sommes dans un secteur où il n’y a pas de lumière, où il n’y a personne autour de nous. Ce n’est pas comme quand nous étions du côté de la place Rucloux ”, confie une femme, prostituée de son état et soucieuse, malgré tout, de respecter le nouveau règlement de police, en vigueur depuis juillet dernier.

C’est que, depuis ce lundi, la phase répressive est d’application pour toutes les filles surprises en dehors du secteur maintenant défini.

Mais la rue des Rivages ne fait pas la joie des filles de ce nom. “ Personne ne nous voit, ici ”, confie Nadège. “ L’autre jour, nous avons vu un homme, nu au volant, qui prenait son plaisir à nous regarder!

Nous risquons au minimum une amende de 250 euros si nous ne nous trouvons pas dans le périmètre imparti ”, confie Anaïs, une des filles croisées rue des Rivages.

La première amende monte à 250 euros, soit le prix moyen de cinq passes d’affilée. Mais cette peine peut s’assortir de 12 heures de privation de liberté.

Un premier bilan sera effectué à l’approche de la rentrée scolaire.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent