Publié le Dimanche 10 Décembre 2017 à

Fun > Télé

Sarah du bout du monde se pose en Croatie (vidéos)

Adrien Joveneau

Pour la dernière escale de son odyssée à la découverte des Belges du bout du monde, Adrien Joveneau jette l’ancre dans l’Adriatique. Suivez-le sur les traces de Sarah Yigit en Croatie, un pays à la situation unique, fascinante transition entre l’Europe Centrale et le bassin méditerranéen. Lectrice pour WBI à l’université de Zagreb, Sarah lance des ponts entre les cultures slaves et latines…

Si vous trempez un doigt dans la mer, vous touchez le monde entier ! dit le proverbe Croate. Pas étonnant que Sarah, grande bourlingueuse devant l’éternel, ait décidé de s’installer ici, au terme d’un long voyage initiatique qui l’a emmenée en Océanie et sur les routes du continent américain, 70.000 km.

Après avoir crapahuté tous azimut, et traversé 17 pays, sac au dos, elle a décidé de tester le voyage en immersion dans un des plus jeunes pays de l’Union Européenne. La Croatie, qui entretient des liens privilégiés avec la Belgique, lui donnait l’occasion de valoriser son master en langues et littératures romanes. Motivée par cette expérience originale, elle décroche un poste de lectrice de français et de littératures francophones, pour Wallonie-Bruxelles International, à la Faculté de Philosophie de l’Université de Zagreb.

Son cours terminé, Sarah m’emmène vers Opatija à 200 km de la capitale. Opatija, c’est une petite station de l’Adriatique très prisée, au 19ème siècle, par l’aristocratie autrichienne. La « vieille dame » comme on l’appelle ici, affiche fièrement ses élégants édifices néo-classiques, et cela pour le plus grand plaisir de notre jeune lectrice.

.

Ce serait stupide de venir en Croatie sans embarquer sur un des nombreux ferry-boats qui sillonne les 5837 km du littoral croate. Ici, on ressent le souffle de la liberté et l’appel du large. A Brestova, je ne résiste pas et je pars avec Sarah pour une petite croisière, aux portes de l’hiver. Direction Cres (dîtes « tsresse  »), une des 1500 îles de l’archipel croate, le plus grand de la Méditerranée, juste après le grec…

.

Cette île sauvage compte plus de moutons que d’habitants. Elle vaut aussi le détour pour son petit port de carte postale aux façades colorées. Les Vénitiens en firent leur chef-lieu au XVème siècle, aujourd’hui les touristes ont pris le relais. Nous sommes hors-saison, ils sont peu nombreux, cela ajoute au charme de l’endroit, on dirait qu’on nous l’a privatisé. Ne boudons pas notre plaisir, cette sensation d’être quasi seul au monde est un grand bonheur !

Un ferry supplémentaire et nous arrivons sur l’île de Krk. Sarah, très patiente, se moque gentiment de moi quand j’essaye de prononcer le nom de cette île, la plus grande de l’Adriatique. Dites « Keurk » avec un « r » légèrement roulé, et vous devriez vous faire comprendre… Après quelques efforts de prononciation, il fait déjà noir. En décembre, la nuit tombe à 16h ! Plutôt cool pour les promenades romantiques en écoutant Ivo Robic chanter Strana u noci, c’est la version originale de Strangers in the night, créée, avant Frank Sinatra, par ce compositeur croate…

.

À quoi sert l’étendue du monde si nos souliers sont trop petits ? » dit un autre proverbe Croate… Nous chaussons donc nos bottes de sept lieus et nous partons le lendemain pour le parc national de Plitvice, sur la route entre Zagreb et Zadar… Son chapelet de 16 lacs tombe en cascade dans un environnement totalement préservé.

.

Le trésor naturel du pays n’a pas volé son classement par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité. Entre canyons, torrents et forêts, nous faisons le plein des sens sans passer par la pompe… Dans un monde où beaucoup de gens attendent l’ascenseur, Sarah Yigit préfère emprunter l’escalier qui mène au bonheur. À l’aise dans tous les milieux, naturels, académiques et diplomatiques, elle m’emmène ensuite chez Philippe Benoît, ambassadeur de Belgique en Croatie. Cet homme cultivé, passionné de photos, est plutôt partageur : il nous offre quelques-uns de ses plus beaux clichés pour enrichir notre émission !

.

Fille d’un papa turc-arménien, émigré en Belgique depuis 50 ans, Sarah est modeste et bûcheuse, elle est aussi solaire et pétillante. Pas étonnant qu’elle se soit si bien intégrée en Croatie. Un pays qu’elle nous fera découvrir ce matin à 9h sur La première et à 14h05 sur la une télé. En voici déjà un avant-goût.

Reportage réalisé avec la collaboration de l’Office National Croate du Tourisme ( www.croatia.hr/fr.FR )

Si vous souhaitez rencontrer les Belges du bout du monde, venez bruncher avec eux dimanche prochain, le 17 décembre, au Botanique à Bruxelles. L’entrée est libre et gratuite mais la réservation conseillée sur www.lapremiere.be

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent