Publié le Jeudi 14 Décembre 2017 à

Régions > Brabant wallon > Actualité

be.wan choisi comme ICT Expert par Proximus : un « plus » dans sa stratégie de digitalisation des entreprises

Rédaction en ligne

La société belge be.wan, basée à Waterloo, qui accompagne d’importantes PME dans leur processus de digitalisation, a été sélectionnée par Proximus pour intégrer son programme ICT Expert. Une reconnaissance de la valeur ajoutée générée par ses solutions Cloud, M2M (Machine to Machine) et Big Data.

Créée en 1999 par Luc Thiriaux, la société be.wan est le partenaire de référence de nombreuses entreprises belges dans le domaine des logiciels de gestion. Son outil de gestion financière Synchro Financials, par exemple, lui permet de damer le pion à des géants internationaux comme SAP. Il a notamment été choisi par le groupe Pathé-Gaumont, acteur majeur du cinéma français, pour ses activités en Belgique. Afin de suivre les évolutions du marché et des technologies dans le domaine de l’IT, be.wan a mis sur pied be.lab, un laboratoire digital chargé de mettre au point de nouvelles solutions technologiques dans les domaines du M2M (Machine to Machine), du Big Data, de l’intelligence artificielle et d’autres technologies disruptives. Depuis 2013, avec le soutien de la Région wallonne, l’entreprise a investi quelque 3 millions d’euros (un montant correspondant à plus de la moitié de son chiffre d’affaires annuel) dans le développement d’une nouvelle plateforme technologique baptisée iLeo MX. Celle-ci permet d’interconnecter la plupart des applications présentes sur le marché, dont naturellement celles développées par be.wan.

Une première reconnaissance de la valeur ajoutée des nouvelles solutions digitales de be.wan est arrivée fin septembre avec la signature d’un accord de partenariat avec Proximus. Au terme d’un rigoureux processus de sélection, be.wan est la 23e société à avoir été sélectionnée par Proximus en tant que ICT Expert. Ces différents partenaires sont regroupés au sein de la société coopérative PIEC dont Proximus est l’actionnaire majoritaire. L’objectif majeur de ce programme est de faire du leader belge des télécoms un acteur majeur de la convergence entre télécoms et IT. Pour be.wan, c’est un ‘plus’ dans la stratégie de digitalisation des entreprises clientes. « Ce partenariat va nous permettre de mieux faire connaître nos solutions métiers auprès de notre public cible, les PME de 100 à 250 personnes et les filiales de groupes internationaux disposant d’un pouvoir de décision dans le domaine informatique. Nous allons, en effet, pouvoir nous appuyer sur la force de frappe commerciale de Proximus », commente Vincent Mertens, COO de be.wan.

Acteur de l’innovation IT

be.wan aide ses clients à adapter leurs modèles d’affaires afin de saisir toutes les opportunités offertes par la révolution digitale. « Pour éviter une érosion de leur compétitivité, les entreprises doivent s’adapter en profondeur. C’est une question de vie ou de mort, ce dont une majorité d’entre elles n’a pas encore réellement conscience. Nous aidons nos clients en développant des solutions technologiques adaptées à chaque secteur d’activité », explique Luc Thiriaux, fondateur et CEO de be.wan.

Exemple : pour la société Certis Benelux, basée à Gand, be.wan a développé un logiciel lui permettant de changer progressivement de business model et de passer du statut d’importateur de matériel de conditionnement de marchandises à celui de full service provider. Certis met des machines à la disposition de certains clients et leur facture uniquement l’utilisation de celles-ci. L’interface de suivi mis au point par be.wan réceptionne toutes les informations utiles, anticipe les besoins en consommables et automatise la facturation vers les clients finaux. Cet outil est connecté à LoRa, le réseau dédié à l’Internet des Objets de Proximus. « Pour Certis, c’est un changement complet de paradigme, auquel correspond également une autre vision de l’investissement. Plutôt que d’investir par paliers, l’entreprise privilégie un flux régulier d’investissement et dépense moins pour l’infrastructure de base mais davantage pour les applications et l’infrastructure télécoms », souligne Vincent Mertens.

Au sein de be.lab, une équipe d’ingénieurs passionnés par les technologies disruptives planche sur différentes « preuves de concept » (POC) visant à démontrer la faisabilité de nouvelles idées ou méthodes. « On y teste différentes choses dans les domaines du M2M, du Big Data, de l’intelligence artificielle ou de la réalité virtuelle. Ces technologies offrent dès maintenant des avantages compétitifs certains aux entreprises qui les utilisent », estime Luc Thiriaux. « Prenez ce client qui exploite des centres commerciaux en Belgique. Son logiciel de gestion financière a été relié à la plateforme iLeo MX, ce qui a permis d’y connecter deux nouveaux modules : un qui mesure la fréquentation de chacun des centres commerciaux gérés par cette entreprise et un autre qui enregistre toutes les fluctuations du chiffre d’affaires. En faisant appel au M2M, nous avons pu les relier à une station météo et analyser ainsi, de manière très précise, l’impact des conditions météorologiques sur la fréquentation et le volume des ventes. Ce qui permet, à son tour, de définir les actions à prendre vis-à-vis de la clientèle. » Les recherches menées au sein de be.lab font l’objet d’un nouveau programme d’investissement de l’ordre de 2 millions d’euros.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent