Publié le Dimanche 24 Décembre 2017 à

Actualité > Monde

Action choc pour défendre le bien-être animal: Cassandra Foret prise au piège et en sang dans les rues de Paris!

Charlotte Vanbever

Cassandra Foret a décidé de se battre pour une cause qui lui tient très à cœur : le bien-être animal. En plein Paris, elle s’est étendue dans un cercle dénonçant la cruauté de la marque de vestes Canada Goose – qui utilise notamment la fourrure des coyotes. Une prise de position forte : la chanteuse et mannequin belge, petite sœur de Jade Lagardère avait le pied enserré et ensanglanté dans un piège métallique. « Il faut arrêter de cautionner la torture ! », nous dit-elle !

Du haut de ses 18 ans, Cassandra Foret n’a pas l’intention d’observer le monde sans sourciller ! Si la jeune chanteuse belge – accessoirement petite sœur de Jade Lagardère – fait souvent le bonheur de ses followers en postant des photos d’elle en tenue sexy, elle sait aussi utiliser sa notoriété à bon escient. Pour défendre des causes auxquelles elle croit.

Vendredi, pour soutenir l’action de Peta qui peut déjà compter sur le soutien de stars comme Pamela Anderson, Cassandra s’est couchée sur les pavés, le pied en sang (du faux) pris au piège, en plein cœur de Paris. Au sol, un cercle rouge dénonçant la « cruauté » de la marque Canada Goose qui accessoirise ses vestes (très à la mode cet hiver) de fourrure de coyotes et de plumes d’oies.« Il n’y a rien de glamour à porter la peau d’animaux morts », a déclaré la jeune fille. L’association de défense des animaux, Peta France, lutte contre l’agonie subie par ces coyotes pris au piège, qui finissent par mourir d’hémorragies, de déshydratation et gangrènes et autres, en pleine nature, la patte enserrée dans une mâchoire métallique.µ

Des images et une souffrance insupportables pour Cassandra Foret qui a posé, vêtue d’une simple imitation d’une veste de la marque Canada Gooose, avec cette pancarte : « Un coyote tué pour chaque capuche. » « Cela fait un moment que je ressens le besoin d’agir pour la cause animale », nous confiait hier, modestement, la jeune femme. « En fait, je fais quelque chose, mais indirectement. Je veux agir, mais par où commencer ? », se demande-t-elle. « La première façon d’aider les animaux est selon moi d’arrêter de cautionner la torture qu’ils vivent dans les élevages et les abattoirs. Et c’est assez facile du coup, on peut le faire avec notre porte-monnaie et notre assiette. » En clair, en arrêtant de consommer les produits provenant de l’exploitation animale. Cassandra avoue ainsi « essayer de devenir vegan ».

Cassandra a trouvé une cause qui lui tient particulièrement à cœur, nous dit-elle. « Celle des tests sur les animaux. Et je suis aussi sensible à la fourrure. On ne peut pas être sur tous les fronts », s’excuserait-elle presque. « J’ai mes études, mon équitation et quelques projets en cours et je pense que pour bien faire les choses, il faut commencer par se focaliser sur une cause et en parler autour de soi. » Ce qu’elle a fait avec cette action. Comme l’écrivait Jean de la Fontaine, conclut Cassandra Foret, « je me sers des animaux pour instruire les hommes »…

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent