Publié le Samedi 30 Décembre 2017 à

Régions > Luxembourg > Actualité

Brigitte, une sexagénaire hospitalisée à Libramont, est morte le jour de Noël: un retard fatal de 5 heures aux urgences?

Rédaction en ligne

Un médecin de Vivalia -qui a eu connaissance du dossier médical- estime qu’une patiente n’a pas été prise en charge correctement et qu’elle n’a pas eu toutes ses chances de survie. Cette dame, une sexagénaire, est décédée quelques jours après son arrivée à la clinique de Libramont.

Exclu

Mme Brigitte Genonceaux (médaillon) a-t-elle été prise en charge correctement à Libramont
?

Marc DURANT/SP

Mme Brigitte Genonceaux (médaillon) a-t-elle été prise en charge correctement à Libramont ?

Âgée de 66 ans, Brigitte Genonceaux est morte à la clinique Saint-Joseph à Arlon le jour de Noël. Elle s’était présentée quelques jours plus tôt, le 10 décembre à la clinique de Libramont, près de chez elle. Selon le médecin qui, sous couvert de l’anonymat, a accepté de témoigner, elle présentait des signes de risques d’un AVC ou d’un AIT.

La sexagénaire souffrait d’une paralysie partielle du bras droit, elle avait des difficultés d’élocution et des troubles de la compréhension.

La patiente subira bien un scanner des carotides qui démontrera qu’il existe un problème. «  Ce sont des symptômes graves qui nécessitaient la prise en charge par un service neurologique le plus rapidement possible  » explique notre interlocuteur spécialisé.

Le problème c’est qu’à Libramont, depuis des mois, il n’y a pas de service de neurologie. Elle devait donc être transférée vers Arlon mais, de manière tout à fait incompréhensible, le délai a été beaucoup trop long. Brigitte n’y sera transférée que plus de cinq heures plus tard. «  À l’arrivée, six heures après le début des symptômes… », précise le rapport médical.

> Tous les détails dans nos éditions digitales

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent