Publié le Samedi 30 Décembre 2017 à

Régions > Liège > Actualité

«Je rembourserai ce monsieur»: François Troukens répond au policier à qui il doit toujours de l'argent

Rédaction en ligne

Notre appel a surpris François Troukens, qui n’a pas tout de suite compris l’intérêt d’écrire sur le sujet. Mais qu’il le veuille ou non, son passé le poursuivra toujours. «  Je le sais et je l’assume  », déclare celui qui fourmille de projets cinématographiques et qui est aujourd’hui devenu un personnage médiatique populaire auprès d’une partie du grand public.


François Troukens

RTL

François Troukens

«  Je rembourserai ce monsieur, mais ça prend du temps. Pour l’instant, je dépose 50 €/mois sur un compte particulier pour les victimes. C’est une obligation imposée par le tribunal d’application des peines.  »

Le présentateur de RTL-TVi, actuellement en Corse pour la promotion de son film, n’a pas oublié cette journée particulière du 5 juillet 2001. «  Ce jour-là, je ne savais pas que c’était un policier, je n’ai pas vu de brassard orange. Je pensais qu’il s’agissait d’un règlement de compte et j’ai pris la fuite. Je me suis dirigé dans les bois, j’ai tiré pour me défendre. Je ne savais pas que je tirais sur un policier. Tout est allé si vite.  »

S’il s’est engagé sur le chemin de la résilience et constitue à cet effet un bel exemple de réinsertion, François Troukens promet aussi de ne pas oublier le policier liégeois. «  Votre article tombe un rien trop tôt. Il devrait recevoir 2.000 € que j’ai versés sur le compte de mon avocat. Je m’arrange au mieux avec RTL pour avancer et lui montrer que je suis prêt à faire des efforts pour le rembourser. Les 120.000 € ce sera impossible, mais je fais le maximum pour faire au mieux. Il faut me laisser le temps, ce n’est pas de la mauvaise volonté. Je commence seulement à récolter tout ce que j’ai semé depuis 15 ans. Je ne décide pas de tout, je suis saisi d’une grosse partie de ce que je gagne à RTL.  »

«  En tant que réalisateur belge, on gagne bien sa vie, mais on ne gagne pas des sommes folles  », continue François Troukens. «  Et quand je travaille pour RTL-TVi, je le fais en tant qu’indépendant et je suis payé à la pige. Les gens ont l’impression que je gagne bien ma vie, mais tout est une question d’image. Sur RTL, dès que la présentation de l’émission est finie, je dois rendre les vêtements. Mon image est sponsorisée.  »

Cette image, justement, il a bien conscience qu’elle plaît, mais qu’elle agace aussi certaines personnes. «  Je le comprends, mais la TV m’est tombée dessus. Si j’avais voulu être médiatisé, j’aurais plutôt choisi d’être acteur. Mon but, c’est d’être réalisateur et de pouvoir sensibiliser les jeunes à différentes thématiques.  »

J.M.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent