Publié le Lundi 1 Janvier 2018 à

Actualité > Belgique

Santé: de nombreux changements à partir de ce 1er janvier!

Rédaction en ligne

2018 est là… Une année qui rime avec changements dans différents domaines, dont la santé. Zoom sur les principales nouveautés qui entrent en vigueur ce 1er janvier

Photo News

Augmentation des accises sur les boissons sucrées

Les accises sur les boissons rafraîchissantes additionnées de sucre seront augmentées dès le 1er janvier. Les droits d’accise sur les limonades, qui s’élèvent actuellement à 6,8133 euros par hectolitre, grimperont le 1er janvier à 11,9233 euros par hectolitre. Au litre, cela représente une différence de 5,1100 cents.

Si cette augmentation est répercutée sur les clients, une canette de soda coûterait environ 2 cents de plus, TVA comprise. La hausse serait de 1 cent pour une petite bouteille de 25 cl et 8 cent pour une bouteille de 1,5 litre. Les eaux aromatisées, sans sucre ajouté, ne sont pas concernées par la mesure. Pour rappel, la taxe sur les boisson sucrées a été introduite par la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) pour inciter les Belges à adopter un mode de vie plus sain.

Les honoraires des médecins augmentent en moyenne de 1,50 %

Les honoraires des médecins augmentent en moyenne de 1,50 %, en vertu de l’accord médico-mutueliste 2018-2019 conclu en décembre. Dans le détail, les consultations chez les médecins généralistes et spécialistes sont indexées de 1,68 %, tandis que les prestations en matière de biologie clinique et d’imagerie médicale augmentent de 1,25 %. Les médecins généralistes peuvent donc facturer un montant de 25,42 euros pour une consultation.

Certaines prestations ne sont par contre pas indexées : le dossier médical global (DMG), les examens génétiques et certains honoraires de dispensateurs de soins non accrédités.

Aucune augmentation du ticket modérateur – soit le montant restant à charge du patient après l’intervention de l’assurance obligatoire – n’est prévue.

Une assurance maladie pour les personnes internées

Les personnes internées placées dans un établissement de soins bénéficieront dès le 1er janvier d’une assurance maladie, payée par l’Inami.

Jusqu’à présent, les personnes internées ne bénéficiaient pas d’une telle assurance, mais étaient prises en charge par des prestataires de soins rémunérés par le SPF Justice.

Les internés placés dans un établissement de soins seront dès lors intégrés dans l’assurance obligatoire des soins de santé.

L’assurance hospitalisation du personnel communal et provincial passe chez AG Insurance

AG Insurance reprendra des mais d’Ethias l’assurance hospitalisation du personnel des administrations locales à compter du 1er janvier 2018.

Ce changement intervient à la suite d’un marché public attribué à AG Insurance. À partir du 1er janvier, le personnel de toute une série de communes, de CPAS, d’intercommunales et d’administrations provinciales pourra s’affilier à une assurance hospitalisation collective d’AG Insurance, indiquait l’entreprise dans un communiqué diffusé en octobre. Il s’agit d’une adhésion facultative (sauf en Flandre, où l’adhésion est obligatoire, du moins pour la couverture de base, en chambre commune ou à deux lits).

L’accord-cadre à la base de cette collaboration concerne environ 1.600 administrations locales et quelque 130.000 assurés potentiels.

Le personnel communal et provincial était assuré chez Ethias depuis 1986. Le nouveau contrat porte sur la période 2018-2021.

Cette nouvelle attribution a peu de conséquences pour les assurés, note AG. Seule la franchise pour un séjour en chambre individuelle est relevée à 130 euros, ce qui permet à l’assureur de faire baisser la prime.

La caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins intégrée à l’ONSS et la CAAMI

La Caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins (CSPM) sera intégrée dès le 1er janvier 2018 à deux autres institutions de sécurité sociale, à savoir l’Office national de sécurité sociale (ONSS) et la Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité (CAAMI).

À l’avenir, l’ONSS sera compétente entre autres pour l’enregistrement et le contrôle des déclarations de sécurité sociale, la perception des cotisations sociales et l’octroi des indemnités d’attente et d’amarinage. L’assurance maladie-invalidité, le service social et l’octroi et le paiement de l’indemnité complémentaire pour navigation en temps de guerre seront chapeautés par la CAAMI.

La CSPM s’occupe de l’assurance obligatoire maladie-invalidité pour les marins de la marine marchande belge et elle développe un service social limité. Elle collecte également les données relatives aux salaires et aux temps de travail et est en charge de l’octroi et du paiement des indemnités pour la navigation en temps de guerre.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent