Publié le Lundi 1 Janvier 2018 à

Régions > Verviers > Actualité

Une trace et plusieurs déjections ont été découvertes: «On ne peut pas exclure que ce soient des loups»

Geoffrey Wolff

On ne saura sans doute jamais si les loups tant attendus par certains ont bien amorcé leur retour en Belgique en passant par Sprimont. L’enquête menée par Wolf Eyes n’a en effet pas permis de faire pencher la balance en faveur d’une hypothèse ou d’une autre. Le mystère reste donc entier.


La trace d’une dizaine de centimètres découvertes avec que deux loups aient été filmés.

DR

La trace d’une dizaine de centimètres découvertes avec que deux loups aient été filmés.

Les animaux aperçus dans la nuit de samedi à dimanche dans la rue Rodolphe Bernard, à Sprimont, se sont évanouis dans la nature en emportant leur secret. Près d’une semaine après avoir été les stars d’une vidéo de surveillance prise par les caméras d’une entreprise sur le site duquel ils s’étaient aventurés, personne n’est encore en effet capable aujourd’hui de déterminer s’il s’agissait de loups ou de simples chiens, malgré l’enquête menée sur le terrain par Jean-Michel Stasse et son association, Wolf Eyes.

M. Stasse s’est en effet rendu à Sprimont, où il a inspecté minutieusement le site où ont été aperçus les canidés et les alentours. Avec quelques découvertes qui auraient pu s’avérer précieuses à la clé…

«  J’ai trouvé une trace de patte d’une dizaine de centimètres, mais une seule, explique-t-il. Et elle pourrait correspondre à celle laissée par un animal d’une quarantaine de kilos, et donc à celle d’un loup. Mais elle pourrait également appartenir à un animal de type chien-loup.  »

Plus loin, à quelques mètres de là, ce sont des déjections qui ont attiré son attention. «  Quatre déjections, à 25 mètres de l’endroit où j’ai découvert la trace de patte. Mais ça, c’est vraiment étonnant. Parce que je ne vois pas pourquoi deux loups auraient laissé autant de crottes au même endroit.  »

Le comportement du chien de Robert Girolimetto, le témoin qui pense avoir aperçu des loups, rétablit toutefois l’équilibre selon lui : «  C’est un Husky qui a l’habitude des autres chiens, très sociable, qui n’aboie pas. Or, cette nuit-là, il est devenu fou, ce qui correspond au comportement qu’aurait un chien suite à une rencontre avec des loups.  »

Quant à la piste de chiens-loups échappés de l’enclos du voisin, Jean-Michel Stasse pense pouvoir la clore également : «  J’ai retrouvé le propriétaire qui certifie que ses chiens ne se sont pas échappés. J’ai visité les lieux et, effectivement, ils n’auraient pas pu partir sans qu’il le sache. En outre, deux molosses qui se baladent dans la rue, d’autres personnes les auraient vus.  »

Par contre, les pièges photographiques installés par M. Stasse aux alentours de l’entreprise sprimontoise n’ont pas permis de ramener de nouvelles images des canidés. «  Mais, s’il s’agit de loups, peut-être n’ont-ils fait que passer avant de partir. C’est en tout cas possible.  » D’autant que le fondateur de Wolf Eyes n’est intervenu que trois jours après la prise des images par les caméras de surveillance. «  Or, les loups peuvent parcourir énormément de kilomètres en une seule journée. Quand je suis arrivé trois jours après, la piste était donc froide. Si quelqu’un note un nouveau passage, j’essaierai donc de revenir directement.  »

Résultat des courses : impossible, malgré ces nouveaux éléments, de dire si des loups sont bel et bien passés à Sprimont le week-end dernier.

«  J’ai bien relevé quelques éléments interpellants, mais on reste avec une interrogation, termine M. Stasse. Pour l’instant, on ne peut exclure qu’il s’agissait de loups, mais on ne peut pas non plus le certifier…  »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent