Publié le Mercredi 3 Janvier 2018 à

Actualité > Faits divers

Très mauvaise surprise pour Stefanie: son ticket de bus lui a finalement coûté... 305 euros!

Rédaction en ligne

Si certaines personnes se plaignent des tarifs trop élevés des tickets dans les transports en commun, que doit penser Stefanie ? Son billet de bus De Lijn lui a en effet coûté… 305 euros. La faute à un sms parti une minute trop tard.

Photonews

Le 16 mai dernier, Stefanie, une étudiante de 22 ans, monte dans un bus De Lijn à Gand. Elle s’assied et prend son gsm pour payer son ticket par sms : « Le bus n’était pas encore parti, et j’ai prévenu le contrôleur que j’avais payé par sms et que je pouvais lui prouver », explique la jeune femme à nos confrères du Laatste Nieuws. « Mais le contrôleur n’était pas d’accord. Il disait que mon sms était parti une minute trop tard ».

Malgré une preuve de paiement via sms, le contrôleur a considéré que Stefanie fraudait : « J’ai aussi montré que, à chaque fois que je prenais le bus, je payais mon ticket par sms », ajoute-t-elle. En vain.

De retour chez elle, Stefanie prend le temps d’envoyer une lettre au service clients, en expliquant qu’elle avait bien payé : « Mais je n’ai jamais eu de réponse. Pire, quelques jours plus tard, je reçois une amende de 107 euros ». Furieuse, elle envoie alors un nouveau message au service clients. « Mais je n’ai reçu qu’un rappel de paiement ».

Finalement, la goutte d’eau qui allait faire déborder le vase est arrivée la semaine passée, peu avant les fêtes : un huissier s’est présenté chez elle en lui demandant… 305 euros. « Mon père a finalement payé cet argent, car on ne voulait pas aggraver la situation. Mais ça dépasse tout entendement. De Lijn fait plein de pub pour son « ticket par sms », et puis voilà ce qui arrive ».

Pour le contrôleur, le sms doit être payé avant la montée dans le bus : « Mais ce n’est pas si simple. Imaginez que vous payez et que le bus ne vient pas. De Lijn part donc du principe que ses clients sont des fraudeurs potentiels ».

Le père de Stefanie a pensé contacter un avocat, mais cela lui aurait coûté plus cher que payer les 305 euros exigés.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent