Publié le Jeudi 4 Janvier 2018 à

Culture > Médias

«Le calendrier de Daech? On a déjà donné»: la «une» de Charlie Hebdo trois ans après l'attentat qui a fait 12 morts

Rédaction en ligne

« Trois ans dans une boîte de conserve ». C’est le titre de la « une » de Charlie Hebdo, qui sort ce mercredi. Trois ans se sont écoulés depuis l’attentat dont le magazine a été victime, faisant 12 morts. La « boîte de conserve », c’est la rédaction, qui vit aujourd’hui dans des conditions de sécurité sans précédant. Riss, le rédacteur en chef explique ces conditions dans son édito.

Le 7 janvier, il y aura 3 ans que les terroristes de Daech faisait 12 morts dans les couloirs de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Depuis lors, les conditions de sécurité sont devenues drastiques à la rédaction. Sas de sécurité, gardes du corps : la sécurité des journalistes et des collaborateurs se paye au prix fort. D’où l’édito de Riss qui interroge : « Est-il normal pour un journal d'un pays démocratique que plus d'un exemplaire sur deux vendus en kiosque finance la sécurité des locaux et des journalistes qui y travaillent? Cette liberté, vitale et indissociable de notre démocratie, est en train de devenir un produit de luxe, comme le sont les voitures de sport ou les rivières de diamants de la place Vendôme, et dont seuls les médias fortunés pourront jouir à l'avenir », écrit-il dans le numéro de cette semaine.

C’est aussi l’explication du dessin de « une » ainsi que de la « der ». Par la lucarne d’une porte blindée, un journaliste dit « Le calendrier de Daech ? On a déjà donné ». Alors que sur la « der », on voit une personne cagoulée, armée de ce qui semble être une Kalachnikov, entourée de fleurs, d'animaux et de soleil. Les journalistes, enfermés, privés de la liberté dans un bunker et le supposé terroriste à l’extérieur.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent