Publié le Mercredi 3 Janvier 2018 à

Régions > Bruxelles > Actualité

La présidente PS de Vivaqua passe de 46.000 à 12.000 euros par an

Marc Beaudelot

Depuis ce premier janvier, plus aucun mandataire public d’une intercommunale bruxelloise ne bénéficie encore d’une rémunération. L’arrêté du gouvernement régional ne laisse plus subsister que le paiement de jetons de présence, même pour ceux qui exercent la présidence d’une de ces intercommunales.


Faouzia Hariche (PS).

TDB

Faouzia Hariche (PS).

Suite au scandale wallon de Publifin puis au scandale bruxellois du Samusocial, les formations politiques, en tout cas celles de la majorité à Bruxelles, ont décidé de mettre un solide coup de frein aux émoluments que touchent les représentants politiques dans les intercommunales bruxelloises où ils siègent.

C’est Vivaqua qui payait le mieux ses admiunistrateurs.

Le ministre-président Rudi Vervoort (PS), qui a la tutelle sur les communes dans ses attributions, a pris un arrêté modifiant l’ordonnance de 2006 et qui portait sur « la transparence des rémunérations et avantages des mandataires publics bruxellois. » Cet arrêté, publié au Moniteur le 20 septembre, est entré en vigueur le premier janvier 2018, soit ce lundi.

Le texte précise les limites de rémunération dorénavant d’application aux membres des conseils d’administration et comités de gestion de ces organismes publics.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent