Publié le Mercredi 3 Janvier 2018 à

Régions > Mons > Actualité

«Elio Di Rupo, soyez transparent!»

G.H.

Ce mercredi, l’ASBL Transparencia avait réuni une vingtaine de citoyens montois au passage du Centre pour réclamer un accès gratuit aux comptes-rendus des décisions du collège, refusé depuis peu par le bourgmestre Elio Di Rupo (PS). Cette ASBL bruxelloise milite partout en Belgique afin de demander aux élus plus de transparence.


L’ASBL Transparencia milite pour plus de transparence de la part de nos élus.

G.H.

L’ASBL Transparencia milite pour plus de transparence de la part de nos élus.

Depuis 2016, l’ASBL Transparencia milite pour réclamer plus de transparence de la part de nos élus.

Créée par l’association Anticor, qui œuvre pour plus d’éthique politique, Transparencia suit les traces de Cumuleo.

La plate-forme collaborative aide ainsi les citoyens à demander des documents publics aux autorités. S’il y a refus, il est automatiquement notifié sur le site internet de l’ASBL.

Active partout en Belgique, Transparencia possède son comité local dans la cité du Doudou et s’intéresse maintenant au collège communal de Mons. En cause, la décision des élus de la majorité de faire payer le compte-rendu de séances du collège montois. Une annonce qui a fait bondir les rangs de l’opposition, qui n’hésite pas à remettre encore et encore le sujet sur la table depuis plusieurs mois.

Si les membres du conseil peuvent toujours consulter ces documents en se rendant au secrétariat communal, ils ne peuvent cependant pas les emporter chez eux. Une copie -payante- doit alors être demandée.

Loin de cette guerre majorité / opposition, l’association se veut complètement apolitique et se concentre uniquement sur le citoyen : «  La guéguerre entre Bouchez et Di Rupo ne nous intéresse absolument pas ! » s’exclame d’emblée Claude Archer, de Transparencia. «  Mais il n’est pas normal que des citoyens ne puissent pas recevoir gratuitement des documents qu’ils demandent par e-mail. Dans d’autres villes, comme à Watermael-Boisfort, le problème s’est réglé en cinq jours, pourquoi pas à Mons ? »

Un peu trop politisé

Ce mercredi, ils étaient un peu plus d’une vingtaine à venir marquer leur soutien à cette initiative citoyenne.

Si l’on peut regretter que la majorité de l’assemblée fût composée de personnalités politiques, plusieurs sujets chauds montois ont pu être débattus lors de cette première rencontre, qui en appellera certainement d’autres. Un rendez-vous est programmé avec la ville de Mons la semaine prochaine pour faire le point sur le dossier.

«  Notre association est ancrée à Bruxelles et certains citoyens nous ont interpellés aujourd’hui sur la problématique du passage du Centre dont nous ne connaissions pas l’existence. Nous allons proposer qu’un comité puisse enquêter sur le sujet, l’idée c’est de rameuter un maximum de personnes qui veulent de la transparence sur tous les dossiers », appelle Claude Archer, de l’ASBL Transparencia.

«Nous sommes transparents»

Le PS montois était aussi représenté dans l’assemblée ce mercredi. Il se défend de manquer de transparence et renvoie au code de la démocratie locale pour s’expliquer. « Nous avons dû nous résoudre à avoir recours aux textes légaux pour organiser les rapports entre majorité et opposition », regrette la ville de Mons. «  La législation prévoit la consultation sans déplacement des documents administratifs ou l’obtention d’une copie moyennement paiement au prix de 15 cent la page », explique-t-elle en ajoutant que : « l’envoi par mail et la dérive de l’utilisation faite des documents communiqués, a en effet eu des conséquences préjudiciables dans des dossiers non finalisés. Nous publions sur le site web de la ville toutes les rémunérations dérivées du conseil communal, nous sommes à 100 % transparents ! »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent