Publié le Lundi 8 Janvier 2018 à

Régions > Verviers > Actualité

30 mois requis pour le braquage d'un supermarché à Lontzen

Avec Belga

Le tribunal d’Eupen a requis 30 mois de prison et 3.000 euros d’amende à l’encontre d’un Liégeois accusé d’avoir commis le braquage d’un supermarché à Lontzen en avril dernier. L’homme avait agi sur un coup de tête suite à une situation financière catastrophique explique-t-il.


Le carrefour market avait été braqué.

N.L.

Le carrefour market avait été braqué.

Le substitut du procureur du Roi d’Eupen a requis, lundi, une peine de 30 mois de prison et 3.000 euros d’amende à l’encontre d’un trentenaire Liégeois accusé d’avoir commis un braquage dans un supermarché, à Lontzen, le 20 avril dernier.

«  Le jour des faits, l’individu s’était introduit dans le magasin vers 19h30. À 19h34, il s’est présenté à la caisse et a montré une arme, à la caissière en la sommant de lui remettre la caisse avant de prendre la fuite avec le butin  », a indiqué le substitut du procureur du Roi qui réclame 30 mois de prison à l’encontre du trentenaire.

« Situation catastrophique »

L’arme était en fait un pistolet d’alarme, qu’il avait acquis légalement dans une armurerie en France. «  J’étais dans une situation financière catastrophique et l’arme se trouvait dans le coffre de ma voiture puisque j’étais en plein déménagement. Sur un coup de tête, j’ai eu l’idée de commettre un braquage  », a expliqué le prévenu qui s’est excusé auprès de la caissière qui a été traumatisée par les faits.

«  Je suis allé dans ce magasin par hasard. J’ai attendu une vingtaine de minutes sur le parking avant de décider d’y aller puis, quand la caissière était seule, je l’ai braquée  », a indiqué le trentenaire qui risque d’être condamné à une peine de 30 mois de prison.

L’avocat de la défense a plaidé en faveur d’une peine clémente assortie d’un sursis probatoire. Il a justifié cette demande par le fait que son client a repris sa vie en main, est bien conscient des dommages occasionnés à la victime et a retrouvé un travail et bénéficie d’un contrat à durée indéterminée.

De son côté, la caissière s’est constituée partie civile et réclame un euro à titre provisionnel.

Jugement le 5 février.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent