Publié le Vendredi 12 Janvier 2018 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Les élèves des deux communautés séparés: à Schaerbeek, une école francophone et une néerlandophone seront séparées d'un mur

Rédaction en ligne

Alors que doivent bientôt s’ouvrir, côte à côte, une école francophone et une autre néerlandophone à Schaerbeek (site Van Oost), le PTB local dénonce une occasion ratée de créer des échanges entre les élèves, en créant par exemple des cours de récréation communes. La commune explique qu’elle ne pouvait faire autrement que créer des espaces séparés pour obtenir des subsides des deux différentes communautés.


L’école est en cours de construction à Schaerbeek.

E.G.

L’école est en cours de construction à Schaerbeek.

D’ici quelques mois devraient ouvrir deux nouvelles écoles à Schaerbeek. L’une, francophone, devrait accueillir 600 élèves et l’autre, néerlandophone, aurait une capacité de 250 élèves. À cela s’ajoutera une salle de sports, qui servira les deux établissements, et financée par la Région. Tout devrait être près pour la rentrée de septembre.

Un projet d’ampleur, mais aussi une sacrée occasion ratée, comme l’explique le conseiller communal PTB Axel Bernard.

« Dans les plans, on voit un mur entre les deux cours de récréation »

Effectivement, les deux écoles, si elles seront à côté, resteront des entités séparées, avec des infrastructures distinctes (si l’on excepte la salle de sports). «  Il n’y a même pas de cour de récréation commune. Dans les plans, on voit un mur entre les deux  », constate Axel Bernard. «  Pourtant  », poursuit le conseiller communal, «  on rencontre de plus en plus de personnes qui souhaitent un enseignement bilingue, et de toutes les conditions sociales. »

«  Qu’on le regrette ou non, c’est le système qui fonctionne comme ça  », explique l’échevin de l’enseignement francophone Michel De Herde (DéFI). La communauté francophone ne veut pas financer pour les deux langues, et vice versa…

De plus, l’enseignement bilingue n’est apparemment pas la priorité dans ce quartier. Voici pourquoi, selon l’échevin.

Certaines communes ont pourtant réussi à convaincre les deux communautés, où plusieurs infrastructures sont partagées.

> Un dossier à retrouver dans nos éditions digitales

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent