Publié le Mercredi 14 Septembre 2011 à

Régions > Charleroi > Actualité

Charleroi: les perquisitions de mardi concernent une fraude de plusieurs millions

Rédaction en ligne

Le parquet de Charleroi a confirmé mercredi l’importance de l’opération menée dès les premières heures de mardi dans les arrondissements judiciaires de Charleroi, Namur et Anvers, à l’initiative de la juge d’instruction Baeckeland.
La comptabilité est “ déficiente ”. (PHOTONEWS)

La comptabilité est “ déficiente ”. (PHOTONEWS)

Plus de 200 enquêteurs ont été mobilisés, mais aucune inculpation n’a encore été prononcée. Les perquisitions s’inscrivent dans le cadre de dossiers de fraude et de blanchiment d’argent pour des montants atteignant plusieurs millions d’euros.

Cette vaste opération concerne deux dossiers. Le premier, ouvert en 2006, a été mis à l’instruction il y a deux ans. Il concerne des faits de blanchiment d’argent et d’organisation criminelle. Au centre de ce dossier se trouve une société namuroise, grossiste en alcool, en tabacs et en cartes de téléphone, qui affiche un chiffre d’affaires annuel de 25 millions d’euros. Elle travaille en étroite collaboration avec un grossiste vendant le même type de marchandise à Charleroi, et qui fournit de très nombreux petits commerces de la région carolorégienne, dont l’essentiel des night-shops et des commerces pakistanais. Il est apparu que la plupart des transactions de ce grossiste s’effectuait en argent liquide, et selon une comptabilité qualifiée de “ déficiente ” par le parquet. On évoque une fraude de plusieurs millions.

Le siège de ce grossiste a été perquisitionné, et tous ceux qui y travaillent ont été entendus par des policiers de la section financière de la police judiciaire fédérale. La comptabilité informatique a été saisie et va maintenant faire l’objet d’expertises. Le deuxième dossier est relatif à une fraude à l’ONSS, et il a été ouvert sur base d’une constitution de partie civile de l’ONSS. Une famille qui détient l’essentiel des activités du grossiste de Charleroi louait de la main d’œuvre à une série de firmes situées en Flandre et qui tombaient ensuite en faillite sans régler leurs dettes vis-à-vis de l’ONSS. Dans ce dossier, il est question de faux et usage de faux et de défaut de comptabilité. Aucune inculpation n’est encore intervenue, les pièces saisies devant, là aussi, faire l’objet d’expertises. Le préjudice de l’ONSS se chiffrerait à plusieurs millions.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent