Publié le Samedi 24 Septembre 2011 à

Régions > Mouscron > Sports

D3A - Retrouvailles à Ath-Renaix ce week-end

Rédaction en ligne

Tous deux éliminés par une équipe de Division 1 mercredi soir, dans le cadre des 1/16es de finale de la Cofidis Cup, Ath et Renaix se retrouveront demain soir (18h) pour le premier derby de la saison. Avec quelques retrouvailles en point de mire.
Dubart et les Athois retrouvent quelques têtes connues.

Dubart et les Athois retrouvent quelques têtes connues.

Des retrouvailles, certes, mais aucun cadeau n’est à attendre dans le chef des Athois. Actif durant sept saisons chez les Renaisiens, Jonathan Dubart est devenu une pièce maîtresse de l’organisation de Pascal Michel. Outre un rôle tactique, le coach du RGA lui a également confié le brassard.

“ C’est peut-être la plus belle marque de confiance qu’un joueur peut recevoir de son entraîneur ”, explique Jonathan. “ Depuis mon arrivée à Ath, j’ai beaucoup travaillé, j’ai connu des hauts et des bas mais je pense toujours avoir servi les intérêts de l’équipe au mieux de mes possibilités. C’est vrai, recevoir Renaix, où je compte encore pas mal d’amis comme Cédric Aréna ou Patrick Billiet, l’entraîneur, en portant le brassard, c’est une source de motivation supplémentaire ”.

Cette motivation qui devrait permettre, quatre jours plus tard, de gommer les effets de la débauche d’effort consentie à Westerlo.

“ Je n’ai pas fait de cauchemar en repensant à ma frappe sur le poteau ”, sourit le “ Dub’”.

“ Mais plutôt à savoir comment j’allais me coucher pour éviter d’avoir des crampes au mollet. Je ne me souviens pas avoir terminé un match aussi émoussé. La fraîcheur risque de faire la différence ce (dimanche) soir. Renaix a, lui aussi, souffert mercredi. Par contre, je peux m’imaginer qu’un 6-0, on ne l’encaisse jamais avec le sourire. On doit donc s’attendre à un adversaire qui viendra avec des intentions offensives chez nous. Il faut tourner la page de la Coupe et redescendre sur terre pour défendre notre brevet d’invincibilité ”.

Une chose qui ne sera pas courue d’avance car, au Stade des Géants, le RGA éprouve les pires difficultés à poser son jeu. “ C’est là le principal enseignement qu’il faut retenir de Westerlo ”, conclut Dubart.

“ En Campine, on a été dans notre match dès le départ. Ce qui n’a jamais été le cas depuis le début de ce championnat et qui, en grande partie, explique les matches poussifs qu’on a joués à la maison ”.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent