Publié le Vendredi 2 Décembre 2011 à

Régions > Bruxelles > Sports

Foot: La Capitale a retrouvé Nzelo Lembi

Rédaction en ligne

Nzelo Lembi était un défenseur polyvalent qui a évolué durant sept saisons pour le compte du Club de Bruges (1995-2002). Il était réputé pour être rugueux vis-à-vis de son adversaire. Il a terminé sa carrière, il y a deux ans, après un passage au Germinal Beerschot.
Nzelo Lembi s’occupe des jeunes du CS Braine.

Nzelo Lembi s’occupe des jeunes du CS Braine.

J’ai arrêté le football en 2009 suite à mon passage dans le club anversois. À la fin, on a cru que j’avais des pépins physiques et cela a lancé une petite polémique. Toutes ces histoires ont fini par me dégoûter du football. Après mes deux saisons au Germinal, j’ai encore reçu des propositions de plusieurs clubs, mais j’étais “ trop cher ”. Pourtant, en venant au Beerschot, j’avais déjà fait un sacrifice sur l’argent”, raconte l’ancien défenseur.

Beaucoup de personnes n’ont pas cru en Nzelo Lembi. Ils pensaient que ce dernier n’avait pas le niveau, qu’il n’était pas capable.

Quand tu as joué avec des grands joueurs comme Lorenzo Staelens, Francky Van der Elst, Geert Vereyhen, ou encore Sven Vermant, je pense que tu as le niveau. Quand quelqu’un me disait que je n’avais pas le niveau, je travaillais dur pour moi-même et pour montrer à cette personne que j’étais capable ”, poursuit Nzelo Lembi.

Le défenseur était réputé pour sa polyvalence. Il a été défenseur central, back droit, milieu défensif, milieu droit et même gauche.

J’avais énormément de qualités. Je pense que j’avais tout, et au vu de la carrière et des joueurs que j’ai côtoyés, je ne crois pas me tromper. Un défaut? Je ne sais pas, c’est à vous de me le dire (rires). ”

Aujourd’hui, l’ancien défenseur a repris goût au football. Il travaille bénévolement comme coach auprès des jeunes U6 et U7 du CS Braine. Une fonction qu’il occupe depuis trois mois, et qui le passionne.

Je suis quelqu’un du métier, et je pense avoir quelque chose à donner. J’ai envie de leur apprendre ce que je sais, ce que j’ai vécu. J’essaye d’avoir des discussions avec les parents, pour avoir un échange d’idées. Le foot n’est pas fait pour tout le monde, les parents ne doivent pas pousser les enfants vers le football pour l’argent. L’école c’est tout aussi important ”, explique Nzelo Lembi.

L’ancien joueur ne sait pas de quoi son avenir sera fait.

Mon manager m’a dit: “ Le jour où tu arrêtes le football, tu me rejoins pour devenir manager ”. Pour le moment, j’ai toujours refusé. Être manager, c’est partir à l’étranger tout le temps. Le plus important c’est d’abord ma famille et je vais voir, peut-être qu’entraîner les jeunes va me satisfaire et que je vais évoluer dans ce métier ”, termine l’ancien brugeois.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent