Publié le Vendredi 17 Février 2012 à

Régions > Verviers > Actualité

Assises de Liège: perpétuité pour Bruno Werner, reconnu coupable de l'assassinat de sa femme et ses enfants (LIVE)

Rédaction en ligne

Après 5 heures de délibération et de motivation, les jurés de la cour d’assises de Liège ont déclaré Bruno Werner coupable des assassinats de sa femme et de ses deux enfants ainsi que d’un incendie volontaire. La réclusion criminelle a été requise contre lui.
(Belga)

(Belga)

Le 25 octobre 2007, Bruno Werner avait tué sa femme, âgée de 61 ans, et ses deux enfants, âgés de 17 et 19 ans, en leur portant de nombreux coups de hache. Sa femme Maria Irène avait été frappée de 10 coups. Borbe, son fils de 17 ans, portait les traces de 30 coups de hache. Helena, sa fille de 19 ans, présentait les traces de 10 coups de hache.

L’accusé, un Allemand de 62 ans, s’était présenté devant la cour d’assises en prétendant qu’il n’avait pas prémédité les faits.

Son avocat avait soutenu qu’il avait commis les faits de manière spontanée. L’avocat général Schils avait requis une culpabilité pour un triple assassinat, épinglant notamment que Bruno Werner avait tué ses trois victimes durant une période de trois heures. L’accusé, narcissique, avait éliminé sa famille dans un crime d’égoïsme car il avait subi un échec professionnel. Il craignait d’être démasqué par ses proches et avait décidé de les éliminer.

Les jurés ont répondu affirmativement à toutes les questions qui leur étaient soumises. Dans la motivation de leur décision, les jurés ont tenu compte de l’acharnement avec lequel Bruno Werner a fait preuve dans son processus de destruction totale de son univers familial.

Cette destruction est intervenue dans un processus lent de réflexion qui a pris son cours en avril 2007 et dont l’ultime phase s’est déroulée la veille des faits, lors du retour de Suède de la fille de Bruno Werner.

A l’issue de ce verdict de culpabilité, l’avocat général Pascale Schils a requis contre Bruno Werner la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Le ministère public a épinglé la personnalité de l’accusé et son incapacité à se remettre en question. L’avocat général souligne l’orgueil de Bruno Werner ainsi que la composante perverse manifeste de son caractère. “ A la moindre contrariété, il tourne le dos et s’isole ”, a-t-elle dit.

L’arrêt sur la peine est attendu en fin d’après-midi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent