Publié le Jeudi 2 Février 2012 à

Régions > Bruxelles > Sports

Foot: Les coachs de nos clubs font le bilan de leur mercato

Rédaction en ligne

Que va changer ce mercato pour nos clubs en Division 2 et Division 3? Difficile à dire avec certitude, mais des tendances se dégagent nettement: du côté du Brussels, dans l’optique du maintien, rien ou presque n’a bougé. Les concurrents directs, par contre, se sont solidement renforcés. Le White Star n’a pas les mêmes préoccupations, lui qui vit une belle première saison dans l’antichambre de l’élite. Une tranquillité que Dante Brogno doit leur envier, lui qui constate, impuissant, la désertion de quelques cadres de son groupe...
Le retour de Patrick Amoah au White Star est l’un des bons coups de ce mercato.

Le retour de Patrick Amoah au White Star est l’un des bons coups de ce mercato.

>Le White Star

Le White Star respire la sérénité, à l’image de son coach. Mercato ou pas, avec le viatique acquis en termes de points, les Woluwéens peuvent construire calmement. Pour preuve, tous les transferts, qu’ils soient entrants ou sortants, ont été signés... avant le mois de janvier.

C’est une bonne politique à conserver. Il faut éviter les changements radicaux. Ceux qui sont arrivés - De Vriendt, Chanot et Amoah- ont déjà tous apporté quelque chose. Agir dans la précipitation ne paye pas toujours, loin de là. ” Felice Mazzu fait ici référence à la grosse activité de Saint-Nicolas (Koulibaly, Munyaneza et des prêts de D.1) et Tirlemont (Papassarantis, Van der Jeugd,...)

Pour le moment, cela a l’air de payer, mais il faut voir. Je n’enterre pas Tubize qui n’a pas pu transférer. Je continue à penser qu’il possède assez de qualités pour se sauver en travaillant dans la continuité. On fera le bilan en fin de saison: la lutte pour le maintien sera intéressante. ” En réalité, les Étoilés préparent déjà la saison prochaine. Selon les voeux du président Farin, le noyau devrait être constitué pour le mois de mars. Avec cette même philosophie qui se base sur des joueurs régionaux capables d’apporter une vraie plus-value. Autre point qui interpelle Felice Mazzu: le nouveau statut du White Star. “ Il est question de passer au semi-professionnalisme. Il va falloir définir la politique, apporter de la clarté et garantir les compensations financières. J’ai en tout cas la volonté de plonger les yeux fermés dans ce statut, si possible. ” Avec, à la clé, des ambitions revues à la hausse.

>Brussels

Au Brussels, on n’attendait rien du mercato. N’ayant jamais satisfait aux conditions pour obtenir la licence (nécessaire à tout transfert entrant), le club molenbeekois a surtout travaillé à la réalisation de transferts sortants. Patiyo Tambwe était le plus pressé d’aller voir ailleurs, mais il n’a rien pu concrétiser.

Nous n’avons rien eu comme offre pour lui ”, explique Thierry Dailly. “ On savait quand il a signé ici qu’il ne comptait pas faire long feu. Il voulait surtout se montrer. Nous ne le bloquons pas, mais tant qu’il est là, il doit prester pour nous.

La fermeture du marché hivernal ne signifie pas que le Congolais soit “ bloqué ”au stade Machtens jusqu’en juin car les marchés chinois et américain viennent de s’ouvrir. Romain Haghedooren, lui aussi, est toujours là. Son agent a prospecté, mais les touches ne se sont pas concrétisées. Thierry Berghmans, le T.2 de Christian Rits, se veut optimiste. “ Nous avons toujours pensé que le groupe à notre disposition avait assez de talent pour aller au bout de la saison. Les résultats ne sont pas excellents, mais cela ne change rien: licence ou pas, nous ne voulons pas tout chambouler.

Le recrutement de ses concurrents directs, il n’en a cure. “ On regarde dans notre assiette. Les autres ont leurs raisons pour être actifs sur le marché.

Point positif, le prêt des jeunes Kawaya (Tamise) et Maeyens (Woluwe Zaventem). “ Rien de mieux que de se faire les dents dans les divisions inférieures ”, juge Thierry Berghmans.

>Union

L’entraîneur unioniste connaît les difficultés financières du club, mais il ne peut que fustiger les départs enregistrés en janvier.

Perdre Yanis Papassaranis (NDLR: pour Tirlemont) et Tomas Diaz (NDLR: pour Budapest Honvéd), cela témoigne d’un manque d’ambition de la direction. Sportivement, ce sont deux énormes pertes. Yanis pouvait faire basculer un match à lui tout seul et Tomas prenait de la place derrière. Je ne suis pas étonné pour autant: ils avaient annoncé la couleur. Pour les deux joueurs, c’est un pas en avant, c’est certain.

Le noyau étant déjà fort limité, le second tour risque d’être compliqué du côté du stade Marien. Ce n’est pas l’arrivée de Dieudonné Kalulika qui changera grand-chose, estime Dante Brogno.

Voilà un joueur qui est sur le flanc depuis longtemps. Il ne faut pas attendre de miracles. Nous verrons bien ce qu’il peut nous apporter. Quelques buts et un peu de poids offensif, c’est ce qu’on espère ”, avance le Carolo qui se dit bien heureux de disposer, d’ores et déjà, de 32 points dans ce championnat. Il compte désormais sur les piliers de l’équipe - Skakpoke, Triantafillidis, Cabeke, Van Oudenhove, Köse... - pour tenir l’église au milieu du village et encadrer les nombreux jeunes.

On fera le mieux possible au classement, en étant beaucoup plus cool et relax avec les jeunes. Ce qu’il faut espérer aussi, c’est que les anciens fassent preuve de motivation, malgré les retards de paiement.

Ce mercato, Brogno le résume simplement: “ Tout le monde semble pouvoir partir! ” Heureusement, en hiver, il y a peu de choses qui bougent. Mais c’est à la fin de la saison que la saignée devrait être importante...

Ce sera l’exode... Et il faudra à nouveau tout reconstruire. Comme chaque saison ”, se désole-t-il. La D.3 semble divisée entre ceux qui vivotent et les autres, qui gardent de grandes ambitions.

Quand on voit Custovic à Mouscron ou Joris Van Hout à Dessel... Ils assomment la concurrence en frappant un grand coup. ” Décidément, l’hiver est rude sur la Butte.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent