Publié le Vendredi 27 Avril 2012 à

Régions > Bruxelles > Sports

Portrait: Franck Moussa, un Bruxellois qui triomphe à Wembley avec Chesterfield

Rédaction en ligne

Il y a un mois, un jeune Bruxellois marchait sur Londres. Vincent Kompany? Non, Franck Moussa! Vous ne le connaissez peut-être pas, mais ce Laekenois réalise une belle petite carrière outre-Manche. Le milieu de terrain formé à Anderlecht a triomphé dans le mythique stade de Wembley avec le club de Chesterfield. Portrait.
Franck Moussa a bâti sa carrière Outre-Manche depuis qu’il a 14 ans.

Franck Moussa a bâti sa carrière Outre-Manche depuis qu’il a 14 ans.

Le 25 mars dernier, Chesterfield FC, un club évoluant en troisième division anglaise, et Swindon Town, leader en quatrième division, se donnent la réplique à Wembley. Les deux équipes se disputent le Football League Trophy (sorte de Coupe pour les clubs évoluant en dessous de la Championship, la D.2) devant près de... 50.000 personnes. À la baguette du côté des “ Blues ” de Chesterfield, un Belge, Franck Moussa.

C’est une expérience inoubliable. Franchement, l’engouement pour le football ici est quasiment inexplicable. Il faut le vivre. C’est dans la culture: ici, tout tourne autour du football. Cette finale à Wembley, plus tous les beaux moments que m’apporte ma carrière en Angleterre, je les garde près du coeur.

La possibilité de fouler la pelouse de Wembley, c’est ce qui a poussé Moussa a accepter un prêt à Chesterfield, équipe mal en point en troisième division (League One).

En soit, ça n’était pas très excitant, mais quand j’ai su que l’équipe était en finale à Wembley, j’ai foncé. Il y a une cérémonie avant le match, on doit fouler la pelouse en costume... C’est très symbolique. On a gagné devant 50.000 personnes et j’ai ma médaille! Ça fait sept ans que je vis en Angleterre et j’ai eu le temps de comprendre à quel point Wembley fait rêver tous les jeunes ici. ”

Cela fait longtemps en effet que Franck a quitté son Bruxelles natal. À quatorze ans, il a fait le grand saut vers West Ham. “ J’étais intéressé d’aller vivre en Angleterre. Mes deux frères y habitaient déjà. Quand un scout de West Ham m’a contacté, j’ai signé. Un club à Londres, c’était parfait.

Malheureusement pour lui, au moment d’obtenir une bourse à ses 16 ans, les Hammers la lui refusent. “ Là, l’équipe de Southend me tend la main. Ils donnaient leur chance aux jeunes et ça a marché. J’ai vite intégré l’équipe première. J’y ai réalisé plusieurs bonnes saisons, avec notamment un match de FA Cup à Stamford Bridge contre Lampard et Ballack. Impressionnant! On avait quand même arraché le nul. Je suis ensuite passé à Leicester, en Championship.

Chez les “ Foxes ”, Moussa a côtoyé Sven-Göran Eriksson, avec qui il n’a pas toujours eu voix au chapitre. “ Je retiens un match de Coupe à Manchester City où j’ai croisé Kompany, que je connaissais déjà un petit peu. On avait même forcé le replay. ” Le système anglais des prêts à très court terme lui a permis de se relancer, une première fois à Doncaster et, depuis un gros mois, à Chesterfield. Chez les “ Spireites ”, Moussa est au-dessus du lot et est à la base de la rédemption des siens. Trop tardive? “ Quand je suis arrivé ici, je ne connaissais pas le club, pour être honnête. À la vue du classement, le scénario était écrit: on allait tout droit vers le League Two. Maintenant, je ne sais pas par quel miracle, on peut encore y croire, si on gagne nos deux derniers matchs. Je ferai tout pour aider le club et me montrer ici.

De Wembley au Huish Park de Yeovil Town ce samedi, l’Angleterre n’a plus de secret pour “ The Mouss ”.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent