Publié le Mercredi 23 Mai 2012 à

Culture > Cinéma

Cannes 2012: encore des stars "On the road"

Au Festival de Cannes André Ceuterick

Décidément le festival de Cannes nous inonde de stars cette année, notamment grâce aux castings très impressionnants des films qui sont présentés en compétition officielle.

Kirsten Stewart et Walter Salles.

Belga/AFP

Kirsten Stewart et Walter Salles.

A peine a-t-on quitté Brad Pitt, Ray Liotta et toute la bande du polar "Killing them softly" ("La Mort en douce"),  un film magnifiquement mis en scène mais ultra violent et affublé de quelques fastidieuses diarrhées verbales, que l'on rencontre quelques heures plus tard tous les comédiens de "On the road" de Walter Salles: Sam Riley ("Control"), Garrett Hedlund ("Troie"), Kristen Stewart ("Twilight"), Kristen Dunst ("Melancholia", "Spiderman"), Viggo Mortensen ("Le Seigneur des Anneaux"), Tom Sturridge ("Good morning England") parmi quelques autres encore. Un vrai régal,  d'autant plus que cette adaptation est tirée d'un roman culte de Jack Kerouac qui prit effectivement la route pour la première fois à 25 ans et fit trois autres voyages par la suite, vers 1949-1950, ce qui constitua la matière si dense et si riche de son récit.

Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise (l'acteur Jack Kerouac), apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard séducteur invétéré, qui se marie, sans trop y penser, à la très libre et très séduisante Marylou.  Il divorcera d'elle pour épouser Camille, une jeune femme plus tranquille et plus bourgeoise à qui il fera même des enfants. Mais ces jeunes-là ne tiennent pas en place: il veulent voir le monde, croquer la vie à pleines dents et en jouir jusqu'aux expériences extrêmes. Ils rompent leurs attaches et avec quelques autres, au gré de leurs aventures, ils prennent la route toujours et encore à la recherche de l'inconnu et peut-être aussi d'eux-mêmes. Entre l'alcool, la drogue, le sexe et la vitesse effrénée, ils n'ont cesse d'exprimer leur liberté, en quête de l'ultime et hypothétique frontière. 

"On the road" est un livre essentiel qui témoigne de la vie en Amérique immédiatement après la première guerre mondiale, explique Walter Salles. C'est l'époque des prémices de la "beat generation", avec ses poètes, ses musiciens (de jazz, surtout) et ses intellectuels marginaux qui ont changé l'histoire de la culture nord américaine. C'est l'heure de l'éveil politique et social d'une jeunesse frustrée qui découvre une nouvelle géographie humaine à laquelle elle était totalement étrangère. Elle trouve une liberté non autorisée qui recule sensiblement les frontières d'une culture américaine non permissive et ultra conservatrice. Pour ceux-là, cela signifie l'affranchissement de soi et la perte de l'innocence jusqu'à ce qu'ils prennent conscience qu'ils n'atteindront jamais l'ultime frontière mais bien la fin de leur voyage et en conséquence celle de leur grand rêve américain.

Parmi toutes les stars à l'écran, c'est Kristen Stewart qui surprend le plus. Elle joue ici le rôle de Marylou, une adolescente sans peur ni retenue qui suit Dean et Sal dans leur traversée des Etats-Unis et pratique avec eux tous les plaisirs interdits. On est loin de l'héroïne diaphane et évanescente du phénomène "Twilight" !  

"Non, rassurez-vous j'adore le personnage de Marylou mais je ne lui ressemble pas du tout !" Ouf ! Les fans respirent !

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent