Publié le Samedi 11 Août 2012 à

Sports > Jeux Olympiques

6ème place pour le 4X400 en finale: "Nous ne pouvions espérer plus", dit Jonathan Borlée

Rédaction en ligne

Le relais belge du 4X400 m a pris la 6ème place de la finale des Jeux Olympiques de Londres vendredi soir. Le quatuor composé successivement de Kevin Borlée, Antoine Gillet, Jonathan Borlée et Michael Bultheel, a réalisé le chrono de 3:01.83. Réactions...

AFP

AFP

Jonathan Borlée peut facilement se consoler avec la 6e place en finale olympique du relais 4x400m vendredi soir à Londres.

“Sixième est notre place. Nous ne pouvions pas espérer plus”, a-t-il réagi dans les catacombes du stade olympique. “Nous avons donné tous les quatre le maximum et je pense que nous nous situons à notre place.” Le recordman de Belgique du 400 m a effectué le 3e relais, “Dans le 2e virage, j’ai du faire l’extérieur parce qu’un Britannique me bloquait. Là j’ai certainement perdu du temps. Je suis vraiment allé au fond. Je me sens complètement vidé maintenant. Mais c’est normal après le 400 m individuel et le relais. Nous savions qu’un tel programme nous attendait. C’est un art de pouvoir le réaliser dans un tournoi comme les Jeux.” Kevin Borlée estimait pour sa part: “Le fait déjà de pouvoir courir la finale olympique est super. Naturellement, on espère plus dans une telle finale, mais il faut rester positif et continuer à travailler dur. Je suis persuadé que nous pouvons courir plus vite et dans quatre ans à Rio nous serons bien plus forts et plus expérimentés. La volonté d’aller plus loin est forte.”

>Jacques Borlée: “Encore travailler... ”

Jacques Borlée avait certes espéré plus, mais le coach du relais 4x400m s’attendait à cette 6e place de la Belgique en finale des JO, vendredi.

“J’avais dit 6. On est 6”, a-t-il lancé en analysant la course.

“Mes deux fils sont un peu émoussés. Jonathan court beaucoup au 2e couloir, en 44.50. Antoine (Gillet) fait un parcours exceptionnel en 45.5, Kevin en 44.96 et Michael (Bultheel) en 46.50, il ne perd pas de places. On a tenté le tout pour le tout, mais les autres étaient très forts. Quand il faut courir derrière dans un relais, c’est toujours très difficile. C’est pour ça que j’ai mis Kevin en un, mais vous avez vu que les autres pays avaient aussi mis leur meilleur élément en premier. On a tenté un coup de poker. Ce n’était pas le moment de jouer au poker dans une finale olympique, mais que voulez-vous. Vu les circonstances, j’ai essayé de relancer l’équipe. On a avec Jente (Bouckaert), mes deux fils et Antoine, un quatuor d’avenir. Il faut que l’on soit un peu plus épargné par les blessures et travailler beaucoup plus sur la tranquillité. Il y a eu un stress très important pendant ces Jeux. Je fais mon mea-culpa aussi, le chrono de Jonathan en série (44.43) nous a submergé. J’ai manqué d’anticipation. On était prêt physiquement, techniquement, mais cette notion de tranquillité est essentielle.”

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent