Publié le Lundi 10 Septembre 2012 à

Culture > Cinéma

Festival de Deauville: Palmarès conforme à l'attente, récompensant des films sobres mais beaux

Pierre Germay

C’est ce samedi soir que le jury du 38e Festival du cinéma américain, présidé par Sandrine Bonnaire, a révélé ses choix et dévoilé son palmarès.

Sandrine Bonnaire

Photo News

Sandrine Bonnaire

L’actrice française a d’abord précisé combien son jury (composé notamment de l’actrice Clotilde Coureau, de l’acteur Sami Bouajila et du réalisateur Christophe Honoré) avait été étonné par le côté sombre mais beau de bien des films proposés en compétition cette année. Un côté sombre pourtant bien le reflet de notre société d’aujourd’hui.

Sombre comme l’histoire de ces jeunes cubains du film “ Una Noce ” de la réalisatrice Lucy Mulloy, qui tentent, coûte que coûte, de gagner l’eldorado de Miami à 145 kms de leurs côtes.

Sombre comme la vie des populations noires du bayou louisianais du film “ Les bêtes du sud sauvage ” de Ben Zeitlin, où la nature s’est emballée laissant une petite fille et son père gravement malade dans le plus terrible des dénuements. Ce film a aussi été plébiscité par le jury révélation Cartier présidé par l’écrivain et réalisateur Frédéric Beigbeder.

Comme les années précédentes, la presse internationale a également attribué son prix, le prix de la critique internationale, en récompensant “ The We and the I ” de Michel Gondry, l’histoire de jeunes blacks élèves d’un lycée du Bronx qui se tapent un trajet d’environ une heure trente en bus (la durée du film tourné en temps réel) pour rentrer chez eux avant les vacances, un chez eux de banlieue qui n’a rien d’un eldorado doré.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent