Mis à jour le Lundi 8 Octobre 2012 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Assises de Bruxelles: le bijoutier mort de deux balles à blanc trafiquées

Rédaction en ligne

Le bijoutier décédé avait été atteint de deux projectiles au niveau de l’épaule gauche, a rapporté, lundi, le médecin légiste, devant la cour d’assises de Bruxelles. Gennadi Odintsov et Kirill Svintitski, deux Estoniens de 43 et 28 ans, sont accusés de meurtre pour faciliter le vol.

Les avocats et leurs clients. (L. R.)

Les avocats et leurs clients. (L. R.)

Ils sont deux des trois auteurs du braquage d’une bijouterie de la chaussée de Wavre à Ixelles, en 2010, qui avait coûté la vie au gérant de la boutique.

Le bijoutier, Shimshon H., âgé d’une soixantaine d’années, avait été atteint de deux balles à blanc trafiquées, au niveau de l’épaule gauche. Les deux projectiles étaient ressortis un peu plus bas dans le dos.

“ Les deux tirs ont perforé le poumon gauche et l’aorte thoracique. Ils ont causé un hémothorax très important, la personne a perdu énormément de sang ”, a expliqué l’expert légiste.

Les ambulanciers avaient tenté de réanimer la victime pendant une quarantaine de minutes, en vain. Le bijoutier était décédé sur place.

L’expert en balistique a également confirmé, lundi, que trois coups de feu avaient été tirés à l’aide de l’arme du bijoutier, un revolver. Trois autres coups de feu avaient été tirés par un pistolet factice transformé en calibre de 9 millimètres. Sur la tête des cartouches à blanc avaient effectivement été apposés des projectiles sphériques de 6 à 7 millimètres. Cette arme-là, l’arme du crime, n’avait été retrouvée ni sur place, ni en possession des accusés.

Les faits s’étaient déroulés le 12 avril 2010 en début d’après-midi. Les accusés, accompagnés d’un troisième homme, jamais identifié, avaient braqué une bijouterie de la chaussée de Wavre à Ixelles.

Plusieurs coups de feu avaient été échangés entre le bijoutier et les malfrats. Ceux-ci avaient abattu le gérant et blessé le frère de celui-ci.

Pourchassés par des gens dans la rue, les deux accusés avaient pu être interceptés par la police.

Le médecin légiste avait également examiné le frère de la victime. Ce dernier avait été atteint, lui, d’un projectile au niveau de l’épaule droite. Victime d’un hémothorax également, ses jours étaient alors en danger, mais l’homme avait survécu, a encore rappelé l’expert, lundi.

Enfin, le médecin avait aussi examiné les deux accusés. Kirill Svintitski avait reçu une balle qui avait traversé ses deux avant-bras. Il avait dû subir une intervention chirurgicale. Gennadi Odintsov, lui, avait été éraflé au sommet du crâne par une balle également. Cette blessure-là était sans gravité.

Le procès se poursuivra mardi avec l’audition de témoins.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent