Mis à jour le Jeudi 31 Janvier 2013 à

Régions > Namur > Actualité

«Amener les femmes en politique: il faut du temps»

Sophie Mignon

Un homme, une femme, etc. Selon les politiciens namurois, l’alternance sur les listes des élections communales de 2018 permettra que les dés ne soient pas pipés. Mais les candidates devront se battre pour que cette parité se retrouve dans les résultats, de manière à ce qu’elles accèdent à des postes à responsabilités et ne se contentent plus des « miettes ».

C’est un grand pas. Symbolique selon les hommes. Démocratique selon les femmes. Pour les élections communales de 2018, chaque liste devra se présenter sous forme d’une « tirette », alternant homme puis femme, ou l’inverse. « Cela permettra d’éviter de placer les femmes à des places très lointaines sur la liste », souligne Willy Borsus, président du MR Namur et co-signataire du décret. « Au fond, ce texte précise les règles déjà appliquées dans beaucoup de communes. » C’est vrai. Tous les partis, s’ils ne pratiquent pas concrètement la tirette, veillent à avoir une certaine parité sur leurs listes. Que ce soit à Namur ou dans les communes plus rurales.

« Je ne suis pas certaine que la mesure portera ses fruits », reconnaît Christine Poulin, bourgmestre de Walcourt. « Trouver autant de femmes est difficile chez nous. Elles ne veulent pas s’investir en politique. Certaines se mettent sur les listes pour me faire plaisir. Comme je l’ai fait au départ. Je n’ai pas peur de le dire. J’étais loin de toute cette vie-là. » Il faudra donc parfois « gratter pour trouver des femmes », remarque Georges Balon-Perin (Ecolo).

« On a toujours dû faire des recherches pour avoir le nombre de femmes mais on peut se préparer à 2018 dès maintenant », souligne Stéphanie Thoron, bourgmestre de Jemeppe. « Il faudra plus de temps pour amener les femmes en politique », poursuit Christine Poulin. « Mais la nouvelle génération y pense et s’y investisse plus tôt, je pense. » Une difficulté que ne recontrent pas les partis dans les grandes villes.

Plus d’informations dans

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent