Mis à jour le Jeudi 31 Janvier 2013 à

Régions > Mouscron > Actualité

Mouscron: Le maïeur a parlé sécurité frontalière avec Manuel Valls

Ja

Ce mardi, Alfred Gadenne était convié à prendre la parole devant les élus de Tourcoing (commune où se déroulait la rencontre), Roubaix, et Wattrelos, pour y parler de sécurité en zone frontalière. Le tout en présence du ministre de l’Intérieur français, Manuel Valls, venu présenter la mise en place de la zone sécuritaire Roubaix-Tourcoing-Wattrelos.


Manuel Valls, ministre de l’Intérieur.

AFP

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur.

Mardi, toute une délégation régionale était conviée à franchir la frontière, direction Tourcoing, pour une grande réunion consacrée à la sécurité. Alfred Gadenne, bourgmestre, et les commissaires Joseph et Debrauwere, de la police de Mouscron, étaient du voyage, ainsi que la procureur du Roi de Tournai. «  J’ai pu prendre la parole  », explique Alfred Gadenne, pour parler de sécurité en zone frontalière. Et pas devant n’importe qui, puisque le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avait fait le déplacement. Et le bourgmestre de Mouscron n’a pas manqué cette occasion en or de faire valoir deux mesures qui lui tiennent particulièrement à cœur : le «  droit de poursuite et les patrouilles frontalières  ». Pour lui, les communes françaises limitrophes, confrontées, elles aussi, à de nombreux problèmes d’insécurité, «  ne peuvent rien faire sans la Belgique. On ne peut pas régler les problèmes en travaillant d’un seul côté de la frontière. » Surtout dans une situation d’étroite conurbation, comme c’est le cas entre Mouscron, Tourcoing et Wattrelos. «  Le maire de Wattrelos l’a d’ailleurs rappelé : dans certaines rues frontalières, il est difficile de dire si on se trouve à Wattrelos ou à Herseaux  »… Une configuration particulière qui semblerait bénéficier aux malfrats, qui savent pertinemment que la police ne peut les poursuivre en territoire français (ou belge, selon le cas). D’où l’importance d’un droit de poursuite. Comme aime à le rappeler Alfred Gadenne, «  on ne demande pas à pouvoir poursuivre les malfrats jusqu’à Paris… Jusqu’à Wattrelos ou Tourcoing, ce serait bien.  » En attendant un tel dispositif légal, la visite de Manuel Valls avait cela d’intéressant qu’elle concernait la mise en place d’une zone sécuritaire dans la région de Tourcoing, Roubaix et Wattrelos. Dans ce cadre-là, le ministre de l’Intérieur a annoncé le déploiement d’effectifs de police supplémentaires. «  Ces renforts importants peuvent être très intéressants, car du côté français, on pourrait mettre en place plus de patrouilles de nuit, de contrôles surprise ou de barrages à la frontière. » Avec un effet dissuasif sur les délinquants qui viennent mettre le souk côté belge… «  C’est très positif pour nous  », du côté belge, «  car cela peut empêcher les petits truands de faire n’importe quoi  ».

Reste à savoir ce qui sera réellement mis en place en termes d’actions frontalières. En effet, certains se rappelleront la visite de Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur), à Mouscron. Une venue médiatisée qui n’avait pas vraiment bouleversé la donne ni donné de vrais résultats sur le terrain.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent