Mis à jour le Mercredi 6 Février 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Son ami échevin: "Si Richard Virenque vient, c'est pour son produit de boisson énergisante, et parce qu'il a des attaches à Bruxelles"

David Baudoux

Richard Virenque s’en défend, il ne vient pas à Bruxelles pour des raisons fiscales, mais bien pour développer les activités commerciales de sa boisson énergisante V7 au niveau international. Et l’arrivée de l’ancien coureur cycliste français à Saint-Gilles a été bien préparée, il a notamment été aidé dans ses démarches par son ami Éric Sax (MR), échevin à Uccle.


Richard Virenque

Photonews

Richard Virenque

Comme le révélaient en exclusivité ce mardi La Capitale, l’ancien champion cycliste Richard Virenque (43 ans) s’est installé chaussée de Charleroi à Saint-Gilles. L’ex-coureur de Domo et Quick Step se défend d’être venu dans la capitale européenne pour des raisons fiscales. Il assure résider à Bruxelles pour développer les activités internationales de son entreprise V7 qui commercialise entre autres des boissons énergisantes.

Le Français s’est donc récemment établi à Bruxelles, sans donner plus de précisions. Mais son exil belge a été mûrement réfléchi et bien préparé. Pour peaufiner ses démarches administratives et entrepreneuriales, il a notamment pris contact avec l’échevin ucclois Éric Sax, un ami qu’il côtoie dans notre capitale depuis quelques années déjà.

Ce dernier l’a d’ailleurs accompagné ce lundi à la maison communale de Saint-Gilles pour sa domiciliation. «Je suis allé avec Richard à Saint-Gilles. Nous avions déjeuné ensemble au Carpaccio à Uccle et j’ai proposé de le conduire à la maison communale pour sa domiciliation», explique Eric Sax qui, de notoriété publique, a de bonnes relations avec les célébrités.

«Je suis quand même assez offusqué du manque de discrétion de certaines personnes qui n’hésitent pas à livrer des informations d’ordre privé.» Cela fait déjà plusieurs années que les deux hommes se connaissaient via un ami sportif commun. «Je l’ai rencontré il y a pas mal de temps chez un voisin champion dans une autre discipline. Je suis connu pour rendre service et donner des conseils si je peux. Là, j’ai joué un rôle purement amical envers Richard», continue l’édile ucclois.

Quant aux accusations d’exil fiscal de l’ex-cycliste, l’échevin les balaie d’un revers de main. «Richard fréquente Bruxelles et la Belgique depuis de nombreuses années. S’il s’installe ici, c’est uniquement pour développer son produit de boisson énergisante. Il trouve notre capitale agréable à vivre et a beaucoup d’attaches à Bruxelles. À 1h20 de Paris, il a tous les avantages d’une grande ville sans le stress parisien. Ici, les gens ne viennent pas l’embêter toutes les cinq minutes, je comprends donc sa démarche», assure l’ami bruxellois de Richard Virenque.

Plus d’infos dans La Capitale de ce mercredi

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent