Mis à jour le Vendredi 22 Février 2013 à

Régions > Brabant wallon > Actualité

Braine-l'Alleud: Bourgmestre et échevin à la rencontre des commerçants du centre

Rédaction en ligne

Vincent Scourneau, le bourgmestre de Braine-l’Alleud, et son échevin du Commerce ont rencontré les commerçants locaux afin de discuter de l’avenir et du dynamisme du centre-ville.

 Le but est de redorer le blason du centre-ville de Braine-l’Alleud et de retrouver une certaine attractivité.

D.R.

Le but est de redorer le blason du centre-ville de Braine-l’Alleud et de retrouver une certaine attractivité.

Braine-l’Alleud est en plein développement et se transforme continuellement. Pourtant, dans cette croissance, son cœur souffre : entre perte de l’attractivité du centre, dont beaucoup font remonter le début des problèmes à la transformation en piétonnier de la rue du Môle, projet de déplacer le centre administratif au Parc de l’Alliance et jugement sévère de la part de l’Association du Management de Centre-Ville (AMVC), qui a donné la mention « en crise » au centre-ville brainois (notre édition du samedi 16 février), les commerçants s’inquiètent pour l’avenir du centre de la cité brainoise. L’association des commerçants ABC Futur a organisé une rencontre avec le bourgmestre Vincent Scourneau et le nouvel échevin du Commerce et de l’Urbanisme Jean-Marc Wautier. Une cinquantaine de commerçants brainois ont répondu à cette invitation. Pour Jean-Marc Wautier, en fonction depuis trois mois, le moment était important. «  Je suis d’abord commerçant avant d’être échevin », a-t-il rappelé d’emblée, lui qui gère un snack dans le centre de Braine-l’Alleud. «  On travaille tous pour les mêmes intérêts, à savoir relancer la dynamique aussi bien du centre que d’Ophain, Lillois, de la chaussée d’Alsemberg et de tous les autres pôles. »

De son côté, le bourgmestre a tenu à rappeler les investissements réalisés par la commune ces dix dernières années. «  Tous les investisseurs adressaient trois reproches au centre de Braine-l’Alleud : l’accessibilité, les parkings et la sécurité. Pour la sécurité, nous l’avons renforcée. Avec le commissariat à deux pas du centre et les caméras installées dans le centre, les faits de criminalités ont considérablement baissé. Pour l’accessibilité, la nouvelle voirie de pénétration permettra de rejoindre la place Sainte-Anne depuis la route de Piraumont. Elle devrait être inaugurée dans le courant de l’année. Et pour les parkings, ce sont à terme, 1.000 places de parkings qui seront créés. 450 le sont déjà. » Vincent Scourneau a également ajouté que «  d’ici le début de l’année prochaine, nous comptons mettre tout le centre en zone bleue (gratuit pour une ou deux heures). » Le bourgmestre est formel : «  on avait jamais autant investi dans le centre que pendant ces dix dernières années. »

Et concernant le déménagement du centre administratif, le bourgmestre a longuement exposé les raisons qui poussent à ce choix. «  On ne part pas avec le bâtiment ! Il servira à l’hôpital qui en a besoin – ce serait une catastrophe si le CHIREC devait un jour partir – et l’Hôtel de Ville servira aux associations, sachant qu’à Braine-l’Alleud il y a 250 associations, cela fait du monde qui continuera à être présent. Nous n’abandonnons pas le centre, nous portons son développement. ».

L’avis d'ABC Futur

La mention « en crise » attribuée par l’Association de Management de Centre-Ville dans son rapport annuel a souvent été mise sur le tapis lors de la rencontre entre les commerçants, le bourgmestre et l’échevin du Commerce. Président de l’association des commerçants ABC Futur, Philippe Borgs tient à apporter quelques nuances. «  Cette analyse se limite à un périmètre de quelques rues du centre-ville et il est vrai que celles-là ne vont pas bien, mais des rues comme l’avenue de la Belle Province ou celles de l’autre côté de la gare sont exclues de cette étude. Or, si vous faites un tour, vous verrez que les commerces fonctionnent bien et sont même là depuis de longues années déjà. Alors parler d’un centre « en crise », c’est vraiment exagéré  ».

Pour Philippe Borgs, Braine-l’Alleud possède un beau potentiel : «  Les gens ont un beau pouvoir d’achat et sont des clients fidèles. Si on compare avec Waterloo, nous avons moins de chalands, les gens viennent moins pour le shopping dans le centre, mais ceux qui viennent achètent. » Le président d’ABC Futur a sa petite idée pour redynamiser le centre : «  Il faudrait des surfaces commerciales plus grandes, actuellement nous sommes à du 60 ou 70 mètres carrés alors qu’on aurait besoin de quelques surfaces de 400 à 500 mètres carrés. Et il faudrait une ou deux locomotives supplémentaires, c’est-à-dire une ou deux grandes marques qui s’installent dans le centre. Cela servirait de catalyseur.»

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent