Mis à jour le Samedi 2 Mars 2013 à

Régions > Tournai > Actualité

Basècles-Bernissart: des chiens sauveteurs

Rédaction en ligne

Transformer le meilleur ami de l’homme en véritable sauveteur aquatique, c’est l’objectif du club des chiens nageurs. Grâce à l’entraînement que dirige Béatrice Beghain et son mari, les « toutous » apprennent à tracter un bateau ou une planche à voile et sont même capables de ramener une personne jusqu’à la terre ferme.


Après un entraînement régulier, le chien est capable de ramener un «
noyé
» jusqu’aux berges.

D.R.

Après un entraînement régulier, le chien est capable de ramener un « noyé » jusqu’aux berges.

Un club pour chiens nageurs, c’est l’idée pas banale lancée par Béatrice Beghain et son mari, Edmond. Le concept : initier des chiens de toutes les races aux joies de l’eau. «  Aucun club du genre n’existait dans la région  », confirme la Basècloise. «  J’ai longtemps été monitrice dans d’autres structures, jusqu’à ce que nous décidions de créer notre propre association  ». C’était en 2008. Et depuis, le club compte de 15 à 20 « nageurs » à quatre pattes réguliers. «  On leur apprend progressivement à faire du sauvetage  », ajoute celle qui est aussi la présidente de l’ASBL. «  Contrairement à ce qu’on pense, l’eau n’est pas un élément si évident que cela pour tous les chiens  ».

Comme pour tout apprenti nageur, la première leçon porte donc sur une acclimatation à l’eau. «  On mouille un peu le chien, je le porte ensuite dans l’eau... ce n’est pas toujours facile, certains résistent. Mais si le chien me fait confiance, s’il sent qu’on est là pour s’amuser, alors tout se passe bien », ajoute la monitrice. «  L’idéal, c’est de commencer quand le chien est encore bébé, à partir de 4 mois  ».

Pas question, de toute façon, d’obliger un chien à entrer dans l’eau : «  Jamais d’étranglement... on ne tire pas un chien en laisse dans l’eau  », met en garde Béatrice qui recommande plutôt l’usage d’un harnais. «  Cela permet aussi d’attraper plus facilement l’animal en cas de problème ».

Dès que le chien trouve son équilibre dans l’eau, c’est parti ! «  Ils ont une façon atypique de nager avec l’arrière-train immergé et les deux pattes avant, en mouvement, en surface  », s’amuse Béatrice qui utilise la méthode « cirque » pour aider dans un premier temps l’animal. «  Je lui tiens la queue... et dès qu’il se met à nager, je le lache ».

Et pour transformer le chien en un véritable sauveteur, Béatrice utilise ensuite une « botte secrète » : le manchon. Une sorte de boudin qui flotte sur l’eau. «  Il remplace la ba-balle du chien, devient son jouet  », commente la Basècloise. «  On peut alors le jeter dans l’eau et le chien va le récupérer  ». C’est ce manchon qui guidera, par la suite, tout l’entraînement de l’animal : placé sur une bouée ou à l’avant d’une planche à voile ou sur un mannequin ou même à proximité d’un bateau, il sera saisi par le chien qui tirera, jusqu’à la berge, l’élément qui s’y trouve accroché.  «  On recrée des exercices réalistes  », ajoute la monitrice. «  Comme si quelqu’un sur une planche à voile, par exemple, n’arrivait pas à revenir  ».

Même chose avec le zodiac qui tombe en panne avec, à son bord, jusqu’à cinq personnes ! «  Certaines races de chien, comme notre Terre-Neuve, sont capables de tirer un sacré poids  ». Et l’animal parvient même à aller chercher une personne qui se noie et à la ramener jusqu’à la berge. «  La seule difficulté de l’exercice, c’est d’apprendre au chien à faire une rotation avec le mannequin et pas à le ramener tel quel... sinon, sa tête plonge dans l’eau et le noyé est définitivement noyé  ». Voilà pour le programme complet qui permet de transformer un chien de compagnie, en sauveteur. Mais dans les faits, Béatrice adapte chaque formation à la race et au caractère de ses apprentis. «  On est surtout là pour s’amuser  », confie la monitrice. «  Le chien s’amuse. Le maître s’amuse. Et je dois avouer que moi aussi  ».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent