Mis à jour le Mercredi 13 Mars 2013 à

Sports > Cyclisme

Philippe Gilbert: "Ces drapeaux flamands n'ont pas leur place sur les courses"

K.R., avec BELGA

Le Liégeois Philippe Gilbert, champion du monde, est le parfait représentant de la Belgique. Bilingue français - néerlandais, le vainqueur de LBL 2011 est apprécié de part et d’autre de la frontière linguistique. Cette semaine, il a tenu à partager son avis en tacklant la N-VA dans l’hebdomadaire «Humo». Mais au Nord du pays, certains en profitent déjà, pour s’infiltrer dans la brèche, bourrés de mauvaise foi, parlant d’un Gilbert «anti-Flamand».

«Des extrémistes, il y en a partout, même en Wallonie. C’est comme le Front National en France. Les gens ne croient plus à la politique et donnent leur voix à de tels partis. C’est un choix négatif, les électeurs ne savent pas pour quel programme ils votent», a lancé Philippe Gilbert, champion du monde de cyclisme, dans «Humo».

Des déclarations qui provoquent la polémique en Flandre, où les raccourcis les plus simples ont déjà été empruntés par certains. Ainsi, sur base de cette simple déclaration, Het Laatste Nieuws écrit que Philippe Gilbert dit en substance que «la N-VA est un parti extrémiste, que ses électeurs sont idiots car ils ne savent pas ce qu’ils font, et que les supporters avec des drapeaux flamands doivent être écartés des courses le plus rapidement possible».

Un raccourci bien trop facile quand on y réfléchit bien. Philippe est un parfait bilingue et il compte quasiment autant de supporters en Flandre qu’en Wallonie. Philippe Gilbert est un ardent défenseur de la Belgique, un «Pro-Belge», mais sûrement pas un anti-Flamand. Il dit d’ailleurs, toujours dans Humo, que «lors d’un mondial, tu dois afficher les couleurs de ton pays, pas d’une région. Ces drapeaux n’ont pas leur place sur les courses. Ceux qui les portent se mettent uniquement aux endroits où ils savent qu’ils seront vus... Je reçois beaucoup d’encouragements quand je roule en Flandres. Je suis un vrai Belge. Cette interview se fait d’ailleurs en néerlandais car je trouve ça important. Par ailleurs, je tiens à dire que je n’ai pas de couleur politique».

Si le parti de Bart De Wever, la N-VA, n’a pas souhaité réagir, Steven Vergauwen, directeur du Vlaamse Volksbeweging, déclare sur Sportwereld qu’il n’est pas étonné du discours anti-flamand (sic) de Gilbert, se basant sur une anecdote selon laquelle le Liégeois, à la fin du Tour de France 2011, aurait jeté à terre des petits drapeaux flamands que portaient ses équipiers de l’équipe Lotto (NDLA: des faits qui n’ont jamais été avérés...)

Godfried Duprez, au nom de l’association «Vlaanderen Vlagt Verder» ("La Flandre continue d’afficher son drapeau"), a quant à lui rétorqué, toujours sur «Het Laatste Nieuws» qu’il «déplore que le champion du monde tienne pareils propos». «Mais qu’il (Philippe Gilbert) ne s’inquiète surtout pas, on ne va pas le huer la prochaine fois. Je me contente d’espérer qu’il se montrera désormais plus respectueux envers notre action».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent