Publié le Jeudi 14 Mars 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Molenbeek: 371 plaintes contre la police de la zone Ouest en 2012

Rédaction en ligne

La bavure présumée sur le jeune Moad, 14 ans, à Molenbeek, reste le caillou dans la chaussure des responsables de la zone de police Ouest. L’an dernier, celle-ci a pourtant enregistré 371 plaintes de citoyens concernant l’attitude de policiers.


Les blessures de Moad, 14 ans, ont été constatées par certificat médical.

D.C.

Les blessures de Moad, 14 ans, ont été constatées par certificat médical.

En 2012, la police de la zone Ouest a enregistré 371 plaintes de citoyens concernant l’attitude des policiers à leur encontre. 21 d’entre elles impliquent des brutalités policières. Mais une seule de ces plaintes a abouti à la condamnation d’un agent des forces de l’ordre dans la zone. Ces chiffres ont été fournis par la zone de police elle-même à la demande du conseiller PS, Jamel Azaoum qui en conseil de police a interpellé la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) et le chef de corps Johan De Becker au sujet de l’arrestation musclée du jeune Moad Daoudi, 14 ans, en janvier dernier.

La zone de police Ouest est l’une des plus active de la Région bruxelloise. En 2012, elle a procédé à quelque 63.000 interventions, 3.000 arrestations et à 900 mises à disposition du parquet. Mais elle a aussi enregistré 371 plaintes dénonçant l’attitude de ses agents envers des citoyens.

«  La majorité de ces plaintes sont introduites parce que les menottes sont trop serrées ou à cause d’un accueil jugé mauvais au commissariat par le citoyen  », précise Julie Mampuy, porte-parole de la zone. Néanmoins, 21 plaintes pour violence policière ont été déposées et un seul agent a été condamné. «  Nous voulons la plus grande transparence possible  », assure la porte-parole. «  Toutes les plaintes sont gérées avec sérieux et envoyées au parquet. Nous procédons aussi à une enquête interne et les citoyens peuvent également se tourner vers le Comité P ou l’Inspection générale. Concernant le policier inculpé et condamné en première instance, il a fait appel. Mais il faut comprendre que la procédure pour déplacer un policier est très complexe  », insiste-t-on à la zone.

Pour le président de la Ligue des Droits de l’Homme, Alexis Deswaef, qui vient de lancer un internet pour répertorier les bavures policières (www.obspol.be ouvert au public ce vendredi à l’occasion de la journée mondiale contre les violences policières), «  la police et le parquet font preuve de mauvaise foi. La police devrait se débarrasser des brebis galeuses qui nuisent à l’image de nos forces de l’ordre. Trop de cas flagrants sont enterrés par le parquet qui ne veut pas se mettre à dos son bras armé  ».

David Baudoux

Plus dans La Capitale de ce jeudi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent