Mis à jour le Mardi 19 Mars 2013 à

Régions > Centre > Actualité

Centre - Luc a perdu 33 kilos grâce au Bypass!

A.M.

En Belgique, une personne sur deux est touchée par le surpoids. 15 % de la population est même obèse. Du coup, toutes les techniques de régime sont bonnes. Parmi elles, le bypass. Une manière d’éliminer plus facilement les aliments. Solution miracle ? Pas certain !


Elodie a perdu 45 kilos. Luc, lui, 33. Tous les deux sont passés par l’opération.

D.R/ D.C

Elodie a perdu 45 kilos. Luc, lui, 33. Tous les deux sont passés par l’opération.

« C’est une nouvelle vie pour moi. Avant je savais à peine monter les 17 malheureuses marches de mon escalier. Maintenant tout va pour le mieux ! » Luc Galet, 49 ans, Haine-Saint-Pierre, revit. Il est même gardien de football dans un club de la région. En 2009, il pesait 145 kilos pour 1,85m. Aujourd’hui, ce sont 112 kilos qui s’affichent sur la balance. « Un vrai petit miracle pour moi… »

Luc Galet, comme la plupart des Belges qui se respectent, aime manger. Cette passion a un prix. Problèmes cardiaques, diabètes, soucis de tensions artérielles, à force de manger et surtout de mal manger, la machine se détraque. « Je n’en pouvais plus. Il fallait que je me fasse aider. Car seul, je n’y arrivais pas. J’ai essayé de faire régime. Mais je perdais 10 kilos puis j’en reprenais 18. C’était atroce. »

C’est donc en désespoir de cause que Luc s’est tourné vers la médecine. « Je savais que plusieurs techniques existaient. En faisant le tour de mes amis, la technique du bypass me semblait la meilleure. » Le bypass est une technique chirurgicale qui consiste à isoler un bout d’estomac et de le relier à un bout d’intestin. « Non seulement on diminue la quantité de nourriture que le patient peut ingérer », explique Gaëtan Molle, chirurgien digestif à Jolimont. «  Mais en plus on restreint le parcours des aliments dans l’intestin. La nourriture est plus rapidement envoyée au colon.  »

L’anneau gastrique ou la gastrectomie sont d’autres techniques existantes. «  Honnêtement aucune n’est privilégiée. C’est en fonction du profil du patient que l’on choisit. » Tous les patients qui frappent à la porte de Gaëtan Molle ne sortent pas avec un estomac modifié. Les critères d’opération sont très stricts. « Seuls les patients avec un BMI (Body Mass Index) de 40 peuvent se faire opérer. »

Autrement écrit, les patients atteints d’obésité morbide peuvent passer sur le billard. « Il suffit de diviser le poids en kilos par la taille en mètre au carré pour connaître son BMI. Les patients qui obtiennent 35 peuvent aussi être opérés mais doivent présenter des hauts taux de diabètes ou de l’apnée au sommeil ou des problèmes de tension artérielle. » Et ce n’est pas tout « Le patient doit aussi voir un psychiatre et un endocrinologue. On vérifie ainsi que la surcharge n’est pas liée à des problèmes plus profonds. »

Effets secondaires inconnus

Elodie Dusewoir, 28 ans, s’est fait opérer il y a trois ans. Elle est passée de 130 à 75 kilos. « Évidemment je suis contente. J’ai réappris à aimer mon corps. Mais le bypass, il faut s’en méfier. » Elodie est la jeune maman de deux petits garçons. À la maison, ce n’est pas toujours simple de tout gérer. « Et le problème, c’est que mon régime m’affaiblit terriblement. Je fais de l’anémie. C’est terriblement fatiguant. »

Pourtant le médecin avait prévenu Elodie des risques d’une telle opération. « C’est certain, c’est loin d’être la solution idéale », reconnaît Gaëtan Molle. « Le meilleur des régimes, reste la perte de poids naturelle. D’ailleurs il ne faut pas croire qu’en faisant un bypass, le surpoids disparaît sans effort. »

Solution miracle ? Non donc. On ajoutera aussi que les médecins ne connaissent pas encore tous les effets secondaires… À long terme, on ne sait pas comment va réagir la partie d’estomac non utilisée.

Retrouvez notre dossier complet dans notre édition du Centre de ce mardi 19 mars

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent