Mis à jour le Jeudi 21 Mars 2013 à

Régions > Namur > Actualité

Lives-sur-Meuse : « Si la Région avait sécurisé plus tôt la N90, mon frère serait encore en vie »

Christophe Leroy

Jeudi dernier, un nouveau crash mortel a eu lieu sur la N90, à hauteur de Lives-sur-Meuse. La série noire se poursuit sur ce tronçon reliant Namur et Andenne, malgré les drames précédents et les pétitions. Ce jeudi soir, Frédéric Laloux veut inciter la Ville à secouer la Région wallonne, qui promet enfin des travaux en mai. Pour de nombreuses familles, la nouvelle arrive bien trop tard.


Le 14 mars dernier, la N90 a été le théâtre d’un nouvel accident mortel à hauteur de Lives-sur-Meuse. Un père de famille est décédé dans le crash.

S.O.

Le 14 mars dernier, la N90 a été le théâtre d’un nouvel accident mortel à hauteur de Lives-sur-Meuse. Un père de famille est décédé dans le crash.


En décembre dernier, une voiture s’encastre dans un arrêt de bus, quelques minutes après que les passagers soient montés à bord.

A-C. V.W.

En décembre dernier, une voiture s’encastre dans un arrêt de bus, quelques minutes après que les passagers soient montés à bord.

Faute du moindre dispositif de sécurité, ce tronçon limité en théorie à 90 kms/h brise des vies depuis des années. Trois crashs mortels en 2012 et un autre cette année. Andy Deneumostier, 39 ans et papa d’une petite fille de six ans, est la dernière victime en date à Lives-sur-Meuse. Rudy, son grand frère, ne comprend pas l’immobilisme qui a régné durant toutes ces années. « Tout le monde sait que cette route est ultra-dangereuse, c’est une calamité. Les gens y roulent souvent à plus de 100 kms/h. Tant mieux si la Région se décide enfin à sécuriser la route. Mais s’ils avaient agi plus tôt, mon petit frère serait encore en vie ! »

Le cabinet du ministre Di Antonio, en charge des voiries, vient en effet d’annoncer que le dossier de sécurisation de la N90 est prêt. La Sofico doit marquer son approbation le 29 mars prochain. Les travaux pourront alors débuter 45 jours plus tard, pour un montant d’1,1 million d’euros.

Ce jeudi soir, le socialiste Frédéric Laloux reviendra devant le conseil communal de Namur sur cette série noire. « Il est grand temps d’y mettre fin, quitte à mettre en place des aménagements provisoires d’ici le lancement des travaux. »

François Moury, riverain et auteur de deux pétitions (web et papier) lancées durant l’été 2012, rappelle que le problème d’insécurité était connu depuis des années par la Région wallonne. «  Normalement, les travaux devaient commencer au début de l’année. Mais on est déjà en mars et une autre personne a perdu la vie depuis lors ! »

Même si ces travaux imminents constituent une bonne nouvelle, il est évident que la Région wallonne aurait dû sécuriser cette zone « mortelle » depuis bien longtemps.

Retrouvez l’article complet et le détail des travaux prévus dans La Meuse Namur de ce jeudi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent