Publié le Vendredi 5 Avril 2013 à

Régions > Centre > Actualité

L'église de Bracquegnies ne tient plus que grâce à l'échafaudage... que la Ville a dû racheter 50.000 euros

Arnaud Montero

L’église Saint-Joseph, à Bracquegnies, aura 150 ans en 2014. Mais les paroissiens pourraient ne pas avoir l’occasion de souffler les bougies de leur lieu de culte. L’église est en très mauvais état et le collège communal, propriétaire des lieux, ne fera les réparations que si le montant des travaux est raisonnable. Pour l’heure, un échafaudage permet à l’église de ne pas s’écrouler en partie.


L’église Saint-Joseph à Bracquegnies tient grâce à son échafaudage. La faute à l’usure et à une tornade si violente qu’elle a arraché les arbres.

D.C.

L’église Saint-Joseph à Bracquegnies tient grâce à son échafaudage. La faute à l’usure et à une tornade si violente qu’elle a arraché les arbres.

Lors de l’été 2010, une tornade s’est abattue sur la commune. Et l’église Saint-Joseph, vieille de 149 ans, a tremblé. « J’avoue qu’on est passé à deux doigts de la catastrophe  », explique Jacques Gobert, lui-même habitant de Bracquegnies.

La mine grave, Fabrizio Piccinini, chef des travaux de la Ville de La Louvière, confirme dans la Nouvelle Gazette : « Les colonnes du clocher ne tenaient plus que grâce à leur poids. Si quelqu’un les avait poussées avec ses bras, elles seraient tombées. »

La Ville de La Louvière, propriétaire de l’église, devait donc intervenir. Le bourgmestre en a interdit l’accès. « Ses alentours ont aussi été bloqués, on ne pouvait pas prendre le moindre risque. Ensuite, on a cherché une entreprise capable d’assurer de tels travaux. » Dans la région, seule l’entreprise Laurent s’est montrée intéressée. Main dans la main, commune et entrepreneur ont fait l’état des travaux à réaliser. « Petit à petit on s’est rendu compte que la réparation de Saint-Joseph serait lourde  », indique Fabrizio Piccinini. « Le temps et l’usure avaient par exemple affaibli la maçonnerie. C’est après avoir posé l’échafaudage qu’on s’en est rendu compte. »

Conséquence, de 95.000 euros prévus à la base, on est passé à 350.000 euros de budget pour la rénovation de l’église Saint-Joseph. Un montant que le collège communal juge trop élevé dans le contexte de crise actuel.

Mais ce qui pourrait sauver l’église Saint-Joseph, c’est la faillite de l’entreprise Laurent. «  Ont-ils surestimé le montant des travaux pour gagner plus d’argent ? » s’interroge Jacques Gobert. « On attend le devis de la prochaine entreprise pour s’en rendre compte. Mais en attendant, on doit envisager d’acheter l’échafaudage. Il en va de la sécurité de tous les habitants de Bracquegnies »

Lire le reportage complet dans nos éditions numériques

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent