Publié le Mercredi 10 Avril 2013 à

Actualité > Belgique

La deuxième fortune de Belgique citée dans le scandale des comptes offshore

Belga

La deuxième fortune de Belgique, le Belgo-Kazakh Patokh Chodiev se trouve parmi les Belges ayant un compte offshore. Son patrimoine est estimé à 1,6 milliard d’euros. Il a créé le 3 avril 1998, alors qu’il était déjà en délicatesse avec la justice belge, une banque offshore aux îles Cook.

C’est ce que révèle mercredi le journal Le Soir.

Pour obtenir sa licence bancaire, qui nécessitait des attestations de police témoignant de sa moralité, Patokh Chodiev, 60 ans, résident à Waterloo, n’a pas démarché le parquet de Nivelles. Le parquet de Bruxelles et la Sûreté de l’Etat étaient en effet déjà sur sa piste. Il a donc obtenu une attestation de moralité du parquet général du Kazakhstan, indique la mémoire informatique de la société fiduciaire TrustNet (Cook Islands) Limited, qui a réalisé l’opération pour le compte de Patokh Chodiev, et dont une copie est désormais dans les mains du réseau de journalistes d’investigation ICIJ.

Blanchiment d’argent

La banque constituée par Chodiev était une banque de «classe B» pour laquelle il payait la licence la plus lourde, celle qui lui permettait de travailler dans toutes les devises.

La constitution d’une banque offshore permet, entre autres, de «rendre tout blanchiment d’argent indétectable», note Jean-Claude Delepierre, président de la Cellule de traitement des informations financières, l’organe belge de détection des flux de blanchiment, cité par Le Soir. «Le blanchiment est déjà difficilement détectable dans ces paradis fiscaux, alors si vous disposez de votre propre banque...».

En l’occurrence, Chodiev aurait été à même, via cette banque, d’accorder à ces entreprises des prêts constitués de fonds qui auraient échappé à tout regard de tiers.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent