Publié le Mardi 23 Avril 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Schaerbeek: le budget 2013 en déficit et précompte immobilier en hausse

Rédaction en ligne

Sale temps pour les finances schaerbeekoises. Le budget 2013, qui sera présenté au conseil communal de mercredi soir, est dans le rouge. Le résultat à l’exercice propre présentera un déficit de 430.000 euros. Mais si l’on tient compte des réserves, il sera de 9,7 millions. Un série de mesures sont d’ailleurs prévue pour réduire les dépenses, augmenter les recettes sans oublier d’aller chercher des subsides à la Région et au Fédéral.


Bernard Clerfayt.

Daina Le Lardic.

Bernard Clerfayt.

« Schaerbeek a déjà connu des moments des difficiles », a expliqué le bourgmestre FDF Bernard Clerfayt ce mardi lors d’une conférence de presse. « Et nous n’avons pas peur de passer au travers. La situation n’est pas désastreuse et nous continuerons à investir. »

Ceci étant, la commune a établi un plan de gestion qui court jusqu’en 2015 et qui devra encore être avalisé par la Région. Ce plan prévoit de ramener les finances à l’équilibre.

Réduction des dépenses

Si la commune ne prévoit pas de licencier du personnel, elle prévoit de bloquer les dépenses de personnel et de fonctionnement, sauf la dotation vers la zone de police (34 millions) et le CPAS (32,61 millions). En ce qui concerne les dépenses de personnel, « l’augmentation de 2013 est exclusivement dûe à l’indexation. L’objectif 2014 et 2015 est une croissance zéro des dépenses ce qui signifie une réorganisation des services en vue de ne compenser que partiellement les départs naturels. » Des études seront d’ailleurs lancées afin de rationaliser les implantations communales ou encore le charroi.

Augmentation des recettes

C’est là que ça fait mal car le citoyen sera directement touché. Les centimes additionnels au précompte immobilier (PRI) passeront à 3.390. Un record en Région bruxelloise, comme le révélait La Capitale il y a plusieurs semaines. « Pour un PRI de 1.500 euros, le nouveau sera de 1.700 euros par an, ce qui est, somme toute, peu pour continuer à bénéficier de services publics de qualité », répondent les échevines du Budget et des Finances, Michel De Herde (FDF) et Denis Grimberghs (cdH). « Sans oublier qu’il y a toujours à Bruxelles une absence de péréquation cadastrale » si bien que le revenu cadastral reste sous-évalué. Par ailleurs, la commune continuera d’octroyer une prime d’accompagnement social aux propriétaires aux faibles revenus.

Le tarif d’autres réglements-taxe ou réglements-redevance sera augmenté : coût pour les demandes de permis, frais de garderie, repas chauds, tarifs pour les emplacements sur les braderies, sur les marchés, taxes sur les étals, les documents administratifs de base...

Quant à la carte de stationnement pour les riverains, elle ne sera plus gratuite mais passera à 25 euros par an (50 euros envisagés pour la seconde carte).

Les aides extérieures

La commune continuera à aller chercher des subsides tant au niveau régional que fédéral. D’autres aides seront réclamées. « Le but de nos discussions avec la Région est de retrouver au minimum un niveau d’intervention régionale de 2009, négocier une avance de trésorerie récupérable liée aux contentieux fiscaux, négocier une aide exceptionnelle visant à combler le déficit structurel de nos finances durement touchées par la crise », indiquent les autorités.

Les réserves

La commune est en litige avec plusieurs organismes : RTBF, VRT, Belgacom... Lesquels refusent de payer qui une taxe sur les bureaux, qui une taxe sur les antennes GSM. Ces sommes inscrites dans les précédents budgets n’ont jamais été encaissées, ce qui a provoqué un déficit au niveau de la trésorie. Plus prudente, la majorité a décidé d’inscrire dans les prochaines budgets (2013, 2014, 2015) une réserve de 8,7 millions par an, « C’est un acte de bonne gestion », annonce M. Clerfayt qui espère une résolution rapides et positives des procédures judiciaires.

Les investissements

La commune conservera une « petite » capacité d’investissements en 2013. Parmi les dépenses prévues : 550.000 euros pour l’asphaltage des rues, 800.000 euros pour la rénovation d’espace public des abords du Crossing, 550.000 euros pour la rénovation de la place Van Ysendijck, 300.000 euros pour l’acquisition d’un immeuble jouxtant l’école 2, 21 millions pour la création des nouvelles écoles francophone et néerlandophone sur le site Navez-Van Oost, 108.000 euros pour l’achat d’arbres, 9,41 millions pour les Contrats de Quartier, création de 93 places de crèches d’ici à 2015...

Conclusion

« Malgré tout cela, nous ne licencions pas de personnel comme d’autres communes et nous maintenons les services », ajoute le mayeur qui rappelle que sa commune subit aussi la crise de plein fouet. « Il ne faut pas oublier que Schaerbeek est la commune qui dépense le moins par rapport aux autres communes bruxelloises. Notre niveau de dépense est sous contrôle. En clair, on ne gaspille pas l’argent. De plus, Schaerbeek est la commune qui compte le moins de fonctionnaires par habitant. »

La majorité tient aussi à insister que Schaerbeek est la troisième commune la plus pauvre du pays et la deuxième la plus jeune.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent