Publié le Dimanche 28 Avril 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Maisières: Le Backstage Club veut sensibiliser ses clients aux dangers de la route

C.S.

À partir du week-end prochain, le Backstage Club proposera des éthylotests gratuits à tous ses clients. Les patrons veulent sensibiliser les conducteurs aux dangers de la route par plusieurs campagnes de prévention et des flyers.


Les patrons du Backstage Club veulent que leur discothèque reste un endroit d’amusement

F.D.

Les patrons du Backstage Club veulent que leur discothèque reste un endroit d’amusement

Dès le week-end prochain, le Backstage Club proposera des éthylotests gratuits aux clients de son établissement. Cette action n’a rien à voir avec le récent accident qui a tué deux jeunes à la sortie de cette boîte de nuit. Depuis l’ouverture du dancing, les patrons sont conscients des dangers de la route. «  Nous avons tout de suite contacté l’IBSR pour pouvoir organiser des campagnes de sensibilisation dans le Backstage Club. Ça a pris un peu plus de temps que prévu mais dès la semaine prochaine, il y aura des éthylotests mis gratuitement à la disposition des clients. On voit pas mal de personnes qui se disent capables de reprendre la route et leurs amis qui essaient de les en dissuader. Avoir un éthylotest pour prouver à la personne qu’elle a trop bu sera un argument de poids pour qu’elle ne reprenne pas le volant  », explique la direction du Backstage Club à Maisières. La boîte va aussi lancer des campagnes de sensibilisation avec des flyers et des jeux de rôle. «  L’IBSR va venir plusieurs fois par an pour organiser des genres de jeux de rôle avec, par exemple, des lunettes qui déforment la vision et montrent ce que l’on voit quand on a bu. Des flyers vont aussi être réalisés en collaboration avec la police où l’on rappellera les taux limite d’alcool et les amendes qui peuvent en découler. On ne veut pas utiliser des images choquantes d’accident mais juste rappeler tous les problèmes qui découlent d’une conduite dangereuse  », assure l’un des patrons. Dès l’ouverture du club, les dirigeants ont fait de la sécurité leur cheval de bataille. «  Nous voulons que les gens viennent ici pour s’amuser et passer une bonne soirée. On refuse les troubles fêtes et si l’on voit que quelqu’un a trop bu, on ne lui sert plus à boire. Ça m’est déjà arrivé de retenir quelqu’un à l’entrée en lui offrant un coca et en discutant pour ne pas qu’il reprenne le volant mais ça ne suffit pas. On ne veut vraiment pas que les soirées se terminent mal pour les clients  », conclut le patron.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent