Publié le Lundi 29 Avril 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Procès Becker à Mons: «Je peux mourir tout de suite si nous avons commis ce meurtre», affirme Johnny Becker.

Rédaction en ligne

Daniel (63 ans), Laurent (43 ans), et Johnny Becker (41 ans), ainsi que René Claus (48 ans) ont répété une dernière fois devant la cour d’assises du Hainaut qu’ils étaient innocents. Après les explications d’usage du président à l’intention des jurés, ceux-ci se sont retirés pour débattre de la culpabilité des accusés.


Les accusés attendent la décision des jurés.

E.G.

Les accusés attendent la décision des jurés.

Daniel (63 ans), Laurent (43 ans), et Johnny Becker (41 ans), ainsi que René Claus (48 ans) ont répété une dernière fois devant la cour d’assises du Hainaut qu’ils étaient innocents. «  Je peux le jurer sur la tête de mes enfants. Que je meure tout de suite si je mens  », a clamé Johnny Becker. «  C’est à vous que je cause Messieurs les jurés, oubliez que nous sommes des Becker. Nous pouvons le prouver, nous n’étions pas à kaster ce jour-là  », a ajouté Daniel Becker, le papa.

Les accusés doivent répondre du meurtre d’André Maroy, battu à mort et étranglé, pour faciliter le vol dans la nuit du 4 au 5 mai 1991 à Anzegem-Kaster (Courtrai).

Après les explications d’usage du président à l’intention des jurés, ceux-ci se sont retirés pour débattre de la culpabilité des accusés. Ils devront répondre à six questions pour chacun d’entre eux. Celle principale de vol avec les circonstances aggravantes de violences et menaces, commis par plusieurs, à l’aide d’un véhicule, la nuit. Ils devront également statuer sur la circonstance aggravante de meurtre.

Le ministère public a requis la culpabilité de Daniel et Laurent Becker et René Claus, au motif principal que leur ADN a été retrouvé sur des bouteilles de Coca à Kaster. Concernant Johnny Becker, Ingrid Godart a laissé sa culpabilité à l’appréciation du jury, aucun profil génétique ne permettant de le relier aux faits commis à Kaster.

La défense a plaidé l’acquittement des accusés en mettant en doute la fiabilité des prélèvements.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent