Publié le Jeudi 2 Mai 2013 à

Régions > Mouscron > Actualité

Mouscron: baptême pour la FGTB Wapi

J.A.

Le 1 er  mai de la FGTB de Wallonie picarde venait « consacrer » l’union entre les sections locales de Mouscron et Tournai, longtemps restée à l’état de fantasme, mais enfin scellée en février dernier. L’occasion pour Jean Peeters, secrétaire régional, et Charles Vandecasteele, président, de déployer un discours offensif pour cette section qui compte à présent parmi les plus importantes de Wallonie.


Charles Vandecasteele et Jean Peeters.

Y.C.

Charles Vandecasteele et Jean Peeters.

Pari réussi. La FGTB Wallonie picarde, née en février dernier du rassemblement des sections de Mouscron-Comines-Estaimpuis et de Tournai-Ath-Lessines, a fêté son premier 1 er  mai en tant que structure unifiée. Ce qui aurait sans nul doute semblé inconcevable il y a quelques années. «  Il y avait déjà eu, par le passé, des tentatives de fusion  », explique le tout premier président de la FGTB Wapi, Charles Vandecasteele. «  Mais quand on se marie, il faut être deux  », ce qui explique que, à plusieurs reprises, les projets de fusion en question aient avorté. Peur d’être « avalé » par le voisin, souci de garder son pré carré, etc. Il a fallu rassurer, établir un organigramme équilibré (ce qui est prépondérant, comme on a pu le voir dans un passé proche, quand il a fallu remplacer Philippe Luyten à la tête de la CCI Wapi), pour enfin se lancer dans le grand bain de la « wallon-picardisation ». À ce niveau, c’est une réussite. Pour le poste de secrétaire régional, un visage connu, celui de Jean Peeters, issu de la composante tournaisienne. Pour le poste de président, le Mouscronnois Charles Vandecasteele, dans la maison depuis 36 ans. Des choix validés lors du congrès qui a consacré «  à l’unanimité ou presque  » la FGTB Wallonie picarde : Charles Vandecasteele a été élu à l’unanimité, et Jean Peeters par 75 % des votants. Concrétiser cette fusion, qui fait passer la toute nouvelle régionale aux 74.000 affiliés au troisième rang wallon, derrière Liège et Charleroi (alors qu’avant, la section de Tournai pointait à la 7 e  place, et celle de Mouscron en 10 e  position), c’est avoir l’assurance qu’au niveau national, «  nous serons plus écoutés que simplement entendus  ». « Ensemble, on est plus forts » : un adage qui semble fait pour cette FGTB nouvelle. Preuve de ce poids renforcé au niveau wallon, la cité des cinq clochers accueillera le 23 mai un grand défilé où les Wallons picards seront rejoints par leurs camarades de Mons, Charleroi, ou encore la Louvière. De quoi susciter de l’enthousiasme lors de ce premier mai… Même si, comme l’a souligné Jean Peeters, «  l’actualité ne donne pas spécialement l’envie de faire la fête  » : austérité, crise… rien de bien excitant, en effet. Pour cette grande première, les deux hommes se sont montrés offensifs, appelant à «  l’action, la réflexion, à la détermination  », sans pitié avec l’austérité, dont sont victimes les travailleurs de la ville d’Ath. «  Nous le savons, l’austérité et l’injustice sociale vont de pair… Et face à cela, il n’y a qu’une seule voix valable, l’unité !  », tonne Jean Peeters. Pas d’hésitation non plus à tacler le PS, à l’image de Charles Vandecasteele : «  la FGTB et les travailleurs ne sont pas naïfs. Il est facile de faire de belles promesses un an avant les élections. Maintenant il faut agir !  »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent