Publié le Lundi 13 Mai 2013 à

Culture > Cinéma

Décès du «Gitan», un braqueur de banques incarné par Alain Delon au cinéma

Afp

Un braqueur de banques italien, qui avait l’habitude de cacher sa mitraillette dans un étui à violon et avait été incarné au cinéma par Alain Delon dans « Le Gitan », est décédé à l’âge de 76 ans, a annoncé lundi sa famille.

Luciano Lutring avait effectué des centaines d’attaques à main armée dans les années 60 et 70 en France et en Italie, s’emparant de plusieurs millions d’euros. Il avait mené grand train avant d’être arrêté à Paris en 1965. Après 12 ans de réclusion en France, il avait été gracié par le président Georges Pompidou puis en Italie par le président Giovanni Leone en 1977. Après sa sortie de prison, il s’était installé sur les rives du Lac Majeur dans le nord de l’Italie et s’était réhabilité en devenant un écrivain et peintre à succès.

«  Soliste de la mitraillette  »

Son autobiographie « Le Gitan » a été adaptée au cinéma par José Giovanni qui a choisi Alain Delon pour le dépeindre sous les traits d’un héros en rébellion contre l’injustice et non pas uniquement mû par l’appât du gain.

Les parents de Lutring, né en 1937, voulaient qu’il devienne violoniste. Mais il en avait surtout gardé l’habitude de cacher ses armes dans son étui à violon, ce qui lui avait valu le surnom de « soliste à la mitraillette  ».

Selon l’un de ses amis, Giorgio La Torre, «  il avait complètement changé de vie après avoir obtenu les grâces présidentielles et avait même peur d’une amende pour interdiction de stationner  ». Même s’il montrait volontiers les cicatrices d’une mauvaise blessure à l’estomac contractée en France, il « déconseillait toujours aux jeunes de suivre son exemple  », selon son ami La Torre.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent