Publié le Dimanche 19 Mai 2013 à

Culture > Cinéma

Justin Timberlake toujours aussi classe même quand il campe un chanteur raté !

Au Festival de Cannes, Pierre Germay.

A Cannes pour défendre le film « Inside Llewyn Davis » de Joel et Ethan Coen (la vie et les déboires d‘un chanteur de musique folk talentueux mais qui ne parvient pas à percer), Justin Timberlake ne joue toutefois pas le rôle principal dévolu à Oscar Isaac. Justin Timberlake campe un autre chanteur compositeur qui vient de sortir un album plutôt ringard


Ici avec Jessica Biel

Ici avec Jessica Biel

Chanteur pop américain mais aussi compositeur, producteur, danseur et donc acteur, l’ex compagnon de Britney Spears (ils vécurent ensemble durant trois ans), sait tout faire et a tout du gendre idéal : beau gosse, toujours très chic et très classe comme ce midi lors de la conférence de presse du film, avec une barbe naissante à la Ewan McGregor, il a tout pour charmer la Croisette et séduire ses supportrices très nombreuses et fortes en voix ce dimanche soir au pied des marches du Palais des Festivals.

Bien qu’âgé d’à peine 32 ans, il se fait déjà une idée très précise du succès et de l’échec, lui dont 6 titres de son album « Future Sex/Love Sounds » sont entrés dans le Top 40 aux Etats-Unis (seul Michael Jackson a fait mieux avec 7 titres d’un même album) : « On rencontre beaucoup des gens qui ont du talent et que personne n’écoute. Le hasard peut lancer la carrière de quelqu’un. Le plus important c’est de ne pas se laisser coincer dans ce qui nous empêche de nous exprimer. »

Au cinéma, on a vu Justin Timberlake notamment sous les traits de Sean Parker, le co-fondateur de Facebook, dans « The social Network », de David Fincher, en 2010. Cette fois, c’est plutôt dans la peau d’un chanteur foireux qu’il apparaît : « Le caractère de mon personnage était basé sur un chanteur de musique folk irlandaise, Paul Clayton. Il joue peut-être la scène la plus ironique du film quand il enregistre avec Llewyn Davis et un autre chanteur cowboy une chanson absurde sur Kennedy. Ça ne m’a nullement déplu. J’adore paraître ridicule tous les jours ! Ce ne fut dès lors pas trop difficile à jouer pour moi ! »

Et d’ajouter : « Ce fut un plaisir pour moi de jouer et de chanter dans ce film des frères Coen ».

Sûr qu’avec ce rôle relativement secondaire, ses fans resteront toutefois sur leur faim.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent