Publié le Lundi 10 Juin 2013 à

Régions > Liège > Actualité

Liège: suspension du prononcé pour la fausse alerte à la bombe aux Guillemins

Belga

Le tribunal correctionnel de Verviers a accordé lundi, pour une durée de trois ans, la suspension du prononcé à une Disonaise de 42 ans qui avait contacté le 26 mars dernier le 101 pour signaler qu’une bombe se trouvait sur un quai de la gare Calatrava à Liège. La prévenue devra toutefois soigner son alcoolisme et son état dépressif, manifestement à l’origine de cette « plaisanterie ».

La gare des Guillemins avait été fouillée.

Lem

La gare des Guillemins avait été fouillée.

Le 26 mars 2013, la prévenue avait contacté le 101 et signalé qu’une bombe se trouvait dans un sac de maquillage situé sur le quai 4 de la gare Calatrava à Liège. L’opérateur était resté en ligne avec la dame alors que la police et les services Sécurail effectuaient les recherches d’usage. Celles-ci s’étaient avérées négatives.

Les forces de l’ordre se sont rendues au domicile de la Disonaise qui avait donné son identité lors de l’appel. Elle s’est rebellée et a donné des coups aux agents.

La prévenue avait déjà eu le même type d’acte malveillant par le passé en commettant une fausse alerte à la bombe à la gare de Bruxelles. Le parquet avait requis huit mois de prison.

Le tribunal a stigmatisé le manque de respect du travail des services publics et la gravité des faits nécessitant une intervention de vérification de la part de différents services nécessitant le détournement, le cas échéant, d’autres missions, qui génèrent un coût.

Le tribunal a toutefois accordé la suspension du prononcé à la prévenue en raison des circonstances et de la nature des faits, le tribunal soulignant son absence d’antécédents judiciaires et ses regrets manifestés à l’audience.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent