Publié le Mardi 11 Juin 2013 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Drame pont Van Praet: la famille de Kadir Gemici, victime dans l'accident, va se porter partie civile

Dbx

Le 18 avril dernier, quatre jeunes Bruxellois, âgés de 19 à 23 ans, perdaient la vie dans le terrible accident du pont Van Praet. Dans cette affaire, la famille de Kadir Gemici, victime dans le crash, estime que de nombreuses zones d’ombre subsistent, notamment concernant l’implication d’autres véhicules dans l’accident ainsi que l’état physique du conducteur du cabriolet qui s’est écrasé en bas du pont. Par l’intermédiaire de leur avocat, M e  Saerens, ils ont demandé accès au dossier et vont se porter partie civile.

Les quatre victimes dans le terrible accident du pont Van Praet : Kadir, Ugur, Hakki et Zubeyir.

D.R.

Les quatre victimes dans le terrible accident du pont Van Praet : Kadir, Ugur, Hakki et Zubeyir.

Le 18 avril dernier en début de soirée, Ugur convoyait trois de ses amis, Kadir, Hakki et Zubeyir à abord de sa Peugeot 306 cabriolet. La voiture a défoncé la barrière du pont Van Praet en direction de Laeken et s’est écrasé dix mètres plus bas, ne laissant aucune chance aux quatre passagers.

Rapidement, une multitude de questions se sont posées concernant ce dramatique accident : le pont Van Praet est-il suffisamment sécurisé ? D’autres véhicules sont-ils impliqués dans le crash ? Le conducteur était-il en pleine possession de ses moyens ? Pour faire son deuil et afin d’obtenir des réponses, la famille d’une des quatre victimes, Kadir Gemici a décidé de se porter partie civile pour avoir accès au dossier.

L’avocat de la famille Gemici, M e  Patrick Saerens, a introduit il y a une quinzaine de jours une demande en ce sens auprès du parquet de Bruxelles. «  Mes clients veulent avoir connaissance du dossier et se porteront partie civile le cas échéant. J’ai donc pris contact avec le parquet et un dossier est ouvert  », indique l’avocat. «  Actuellement repartie à l’étranger pour faire le deuil de Kadir, sa famille est sous le choc. Mais mes clients souhaitent connaître les responsabilités dans ce drame. Ils m’ont, par exemple, rapporté que plusieurs véhicules seraient impliqués dans l’accident en m’expliquant que les caméras de la station-service Shell, située sur le boulevard Lambermont, juste avant le pont Van Praet auraient filmé une altercation avec d’autres jeunes quelques minutes avant le drame. Ils veulent aussi savoir si le conducteur du véhicule, où se trouvait leur fils, avait consommé du cannabis, étant donné son lourd passé avec la police  », explique M e  Patrick Saerens.

D’après la sœur d’Ugur Bayindir, le conducteur du cabriolet, sa famille auraient reçu les analyses de sang ainsi que d’autres éléments de l’enquête, mais ne souhaite pas les communiquer. De son côté, le parquet de Bruxelles affirme n’avoir demandé qu’une expertise automobile et être toujours en attente des résultats.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent