Publié le Lundi 17 Juin 2013 à

Régions > Tournai > Actualité

L'ex-échevin d'Ellezelles devient prêtre à 56 ans

Daniel Foucart

Parmi les cinq prêtres que Mgr   André-Joseph Léonard ordonnera dimanche prochain, figure Serge Maucq, un Wodecquois de 56 ans qui fut échevin cdH (ex-PSC) pendant 12 ans à Ellezelles. Ce licencié en droit et en philosophie avait quitté ses fonctions politiques en 2005 pour approfondir son cheminement spirituel. Il a vécu en communauté parmi les Dominicains pendant quatre ans avant d’être ordonné diacre en 2012. Il devient prêtre mais garde à mi-temps ses activités de directeur à Test-Achats. Serge Maucq se définit comme « un électron libre atypique ».


Serge Maucq fut mandataire cdh à Ellezelles.

D.R.

Serge Maucq fut mandataire cdh à Ellezelles.

La nouvelle n’a pas étonné ceux qui connaissent bien Serge Maucq : son ordination comme prêtre est une étape importante d’un cheminement spirituel qui a débuté bien avant l’abandon de ses fonctions politiques à Ellezelles, dont il fut le premier échevin. « J’ai toujours été un chrétien », dit-il. « Je me suis investi de manière très pratique comme je l’ai fait aussi dans ma vie politique et ma vie professionnelle. J’ai pris des responsabilités dans la fabrique d’église, je me suis occupé des orgues… Je suis aussi licencié en droit mais aussi en philosophie, ce qui m’a conduit en 1998 à la théologie. C’est vers 2002 que j’ai ressenti l’envie d’aller plus loin. Mon cheminement spirituel a été très progressif ».

Serge Maucq a alors vécu quelques années avec les Dominicains, dont il apprécie « l’intensité de la vie intellectuelle ». « C’est un ordre qui accorde une large place au dialogue, à la réflexion, et ce sont des valeurs qui me tiennent à cœur depuis toujours », nous avait-il confié en 2005 lorsqu’il a quitté le conseil communal d’Ellezelles. Mais de la retraite spirituelle à la vie de diacre, puis de prêtre, il y a encore un sacré pas. Qu’est-ce qui l’a décidé à le franchir ? « J’ai décidé d’entamer un doctorat en théologie (qu’il présentera le 4 juillet à l’UCL) à Louvain-La-Neuve, où j’ai fréquenté les équipes diocésaines. J’ai cherché là où je pouvais être le plus utile. Et c’est venu naturellement de discussions que j’ai pu avoir avec Mgr Léonard ».

Même s’il se dit proche de l’archevêque de Malines-Bruxelles, le Wodecquois ne se décrit pas comme un conservateur. Il se définit plutôt comme « un électron libre atypique » à l’aise aussi bien avec André-Joseph Léonard qu’avec Gabriel Ringlet, les deux hommes qu’on a tendance à opposer au sein de l’Eglise belge. Serge Maucq est très attiré par la spiritualité, mais il n’a pas voulu se couper tout à fait de ce qu’il appelle « les réalités terrestres ». Il conserve en effet ses activités à mi-temps de directeur de l’association de défense des consommateurs. Comment l’annonce de son ordination a-t-elle été ressentie à l’intérieur de Test-Achats ? « Il y a sans doute quelques personnes que cela a pu énerver. Il y a en beaucoup que cela indiffère. Mais j’ai aussi eu beaucoup de témoignages de sympathie. Lorsque certains veulent m’en parler un peu plus longuement, je les prends à part dans un endroit isolé. Je ne mélange pas, sinon on cafouille ».

Jette-il encore un coup d’œil sur la vie politique de sa commune d’origine ? « Ellezelles est mon territoire naturel et Louvain-La-Neuve, mon territoire culturel. J’y suis toujours attaché, mais je n’ai jamais voulu jouer les belles-mères vis-à-vis de mes anciens amis politiques. Je reste attentif lorsque quelque chose d’humain s’y passe ». Serge Maucq retrouvera ses proches lors d’une messe célébrée à l’église Saint-Quentin de Wodecq le dimanche 30 juin, à 17h. Sa première messe en tant que prêtre.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent