Publié le Mardi 6 Août 2013 à

Régions > Tournai > Actualité

Tournai: les commerçants prévenus une semaine à peine avant les travaux!

Rédaction en ligne

Les commerçants de la rue des Chapeliers n’ont appris officiellement le début des travaux qu’une semaine avant l’arrivée des engins de chantier. Du coup, certains sont au bord du gouffre. Sur la vitrine de « Shanti », un commerce de vêtements, on peut notamment lire : « Ils nous faisaient mal, mais là, ils nous tuent… Liquidation pour travaux ».


Les commerçants de la rue des Chapeliers, entre fatigue et agacement.

B.LIBERT

Les commerçants de la rue des Chapeliers, entre fatigue et agacement.

Les travaux dans la rue des Chapeliers qui longe la Cathédrale de Tournai ont commencé le 30 juillet. Incroyable mais vrai : les commerçants n’en ont été avertis que deux ou trois jours avant le début des travaux.

Combien sont-ils à se retrouver dans des situations difficiles, faute d’avoir pu anticiper ?

«  Normalement ce chantier était prévu en 2014. Alors, on a essayé de prévoir car c’est quand même la crise. On s’est dit que si on fonctionnait bien cette année, on pourrait passer le cap des travaux », explique la commerçante du magasin Shanti, sur lequel on peut lire « Ils nous faisaient mal mais là ils nous tuent. Liquidation, travaux », avec en dessous un mot destiné aux ouvriers, afin qu’ils ne se sentent pas visés.

C’est sa fille qui a lancé ce commerce il y a trois ans, et ce genre de mésaventure n’encourage certes pas les jeunes à se lancer.

«  J’ai envoyé deux recommandés à la Ville et au service des voiries à la mi-juillet, car il y avait des rumeurs comme quoi le chantier allait démarrer début août. Je voulais avoir confirmation, mais on ne m’a jamais répondu  », ajoute encore notre interlocutrice «  Il y a eu les mêmes problèmes avec le piétonnier, et on voit que rien n’a changé  ».

On est venu voir les commerçants pour la braderie, pour les motiver et dynamiser le quartier. Et puis quelques semaines plus tard, ils se retrouvent coincés avec les travaux, qui sont prévus pour durer un an.

Un commerçant qui vient de s’installer dans la rue devait ouvrir le 12 août. Il se rend à la commune pour annoncer cette date et c’est là qu’il apprend que la rue sera fermée à ce moment-là.

Que faire ? «  Nous, on pense ouvrir le lundi et le samedi quand il n’y aura pas de travaux. Mais, ma fille ne va pas renouveler son bail. Et on ne pense pas se réinstaller à Tournai car nous ne sommes pas à l’abri que le même scénario recommence ». En tout cas, la compensation de 75 euros par jour ne sera pas suffisante pour tenir le coup.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent