Publié le Mardi 6 Août 2013 à

Régions > Mouscron > Actualité

Mouscron: les pompiers à l'attaque des guêpes

Rédaction en ligne

Depuis plusieurs jours, les pompiers de Wallonie picarde sont régulièrement appelés pour détruire les nids de guêpes. Avec la chaleur ils se sont développés.


Les pompiers, ici en intervention à Dottignies, ont de nombreux appels pour les nids de guêpes.

Arch. Y.C.

Les pompiers, ici en intervention à Dottignies, ont de nombreux appels pour les nids de guêpes.

Ce week-end, vous avez peut-être profité de votre jardin et d’un bon barbecue, en sirotant un rosé bien frais. Le tableau est idyllique. Mais il se peut aussi, qu’il ait été perturbé par le bourdonnement des guêpes, attirées par vos mets. Car les guêpes sont bien là. Pour preuve : les nombreux appels reçus par les pompiers. «  On reçoit entre 5 et 10 appels par jour. Principalement les jours où il y a du soleil et quand il fait chaud  », précise le lieutenant Julien Gillet, des pompiers de Mouscron. La « saison » des guêpes débute vers le mois de mai et se termine vers septembre ou octobre, «  mais le pic, c’est en juillet et en août  ». Un constat confirmé par les pompiers de Tournai, où l’on compte «  5 à 6 appels par jour pour les guêpes.  » À Beloeil également on remarque des appels tous les jours : entre 2 et 3.

Plus il fait chaud, plus le téléphone… brûle. «  Nous avons surtout des appels depuis la semaine dernière lorsqu’il a fait chaud  », expliquent les pompiers de Péruwelz. Là, on compte 5 à 6 appels par jour, comme à Tournai. Une hausse des appels que l’on constate chez les pompiers de Lessines également. «  On a une à deux interventions par jour. Ce n’est pas excessif, mais nous en avons depuis les fortes chaleurs de la semaine dernière.  »

Plusieurs services incendie se disent plus tranquilles. C’est le cas à Comines-Warneton, où «  o n a moins de guêpes que d’habitude, c’est relativement calme.  » À Ath, on ne remarque pas de hausse du nombre d’interventions pour les nids de guêpes. À Leuze, la situation est également calme avec «  2 ou 3 interventions par jour.  » Les pompiers de Bernissart sont aussi épargnés par les interventions. «  Parfois, nous sommes un peu dépassés, mais c’est année, on en a moins que certaines autres.  »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent