Publié le Vendredi 9 Août 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Lens: André Vilain, 89 ans, dit avoir été «éjecté» du musée qu'il a créé il y a 30 ans

C.S.

Le paisible musée de la vie lensoise est le centre de l’attention des habitants de la commune depuis quelques jours. En effet, André Vilain, fondateur du musée aujourd’hui constitué en ASBL, affirme avoir été « éjecté » de l’association. De son côté, la présidente de l’ASBL nous dit qu’il n’en est rien.


André Vilain ne comprend pas pourquoi il a été «
évincé
» de l’organisation du musée

E.G.

André Vilain ne comprend pas pourquoi il a été « évincé » de l’organisation du musée

Il y a 30 ans, André Vilain crée le musée de la vie lensoise. Via de nombreux dons de particuliers de la commune de Lens, il récupère de nombreuses photographies et des objets illustrant le passé de la commune. En 2012, il accepte de constituer une ASBL (nommée CSI) pour protéger tous les biens du musée. Jusque-là, tout se passait plutôt bien.

Cependant, le 5 août dernier, il nous dit avoir été « éjecté » de l’association. «  Tout a commencé parce que j’ai ouvert le musée lors de la kermesse de juillet. La commune m’a demandé si je voulais bien ouvrir et, pour faire plaisir, j’ai accepté. La présidente de l’ASBL, Mme Pasquali, a assez mal pris que je ne l’avertisse pas de cette ouverture  », explique André Vilain.

Des lettres seront envoyées par l’ASBL CSI à la commune et à M. Vilain mais le musée ouvre quand même ses portes. «  À son retour de vacances, Mme Pasquali change les barillets du bâtiment sans me le dire. Je n’ai donc plus la possibilité d’y entrer. Ça fait mal d’avoir fait tout ça et de ne plus y avoir accès  », raconte le Lensois. Il affirme avoir été évincé de son poste de secrétaire et de son poste de président d’honneur de l’ASBL. «  J’ai perdu mon fils il y a quelques mois. Je lui ai dit qu’avec la perte du musée, je perdais un autre enfant et qu’elle allait gâcher ma vieillesse  », ajoute M. vilain.

Il demande une seule chose : pouvoir récupérer son musée. Un groupe de soutien a été créé sur Facebook. «  Il y a environ 1.000 personnes qui me soutiennent. Moi, je vais attendre une solution mais je crois que les Lensois sont prêts à manifester pour leur patrimoine local. Il y aura une pétition qui va sûrement suivre  », conclut André Vilain.

Retrouvez son témoignage complet, les réactions de soutien et la réponse de l’asbl CSI dans notre édition de ce vendredi 9 août.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent