Publié le Vendredi 9 Août 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Les bus en grève à Mons après une agression: "Ouvre-moi pouffiasse, je vais te frapper!"

S.C.

Le compagnon de la conductrice de bus agressée à Mons raconte les faits dont elle a été victime. Il était au téléphone avec elle quand cela s’est produit. Cet incident est à l’origine d’un mouvement de grève qui paralyse le dépôt du TEC à Mons depuis ce vendredi matin. Les bus circuleront de nouveau normalement samedi.


Piquet de grève devant le dépôt du TEC avenue des Bassins.

S.C.

Piquet de grève devant le dépôt du TEC avenue des Bassins.

Depuis 3h du matin, aucun bus n’est sorti de la zone de dépôt du TEC de Mons. En grève, les chauffeurs montois veulent dénoncer les pressions de la direction et soutenir une collègue agressée par une voyageuse jeudi matin dans un bus intra-muros.

«Les faits se sont produits jeudi vers 10h du matin», explique le compagnon de Marjorie, lui aussi chauffeur de TEC. «Elle avait son kit mains libres et j’étais justement au téléphone avec elle. J’ai entendu la cliente l’insulter parce que ma femme ne voulait pas lui ouvrir la porte entre deux arrêts. C’était des trucs du genre «ouvre-moi la porte pouffiasse, je vais te frapper.» La cliente s’est ensuite avancée vers elle et l'a frappée à deux reprises au visage. Elle était complètement sonnée. Elle a une contusion orbitale et ses lunettes sont complètement cassées. L’agresseuse s’est ensuite enfuie du bus sans demander son reste.»

Cette agression a été la goutte qui a fait déborder le vase pour les chauffeurs montois. «Nous subissons des pressions constantes de la part de la direction», souligne un chauffeur présent sur le piquet de grève. «Ils nous écoutent mais n’agissent pas, cela fait plusieurs mois que nous demandons des caméras dans les intra-muros, rien n’y fait

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent