Publié le Mercredi 14 Août 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Parc Naturel des Hauts-Pays: La directrice démissionne

C.S.

La directrice du parc naturel des Hauts-Pays a donné sa démission. Après 8 ans de gestion de ce parc, elle a préféré choisir d’autres horizons de carrière car la structure manque de visibilité et de perspective de développement. Entretien.


Frédérique Yernaux a décidé de démissionner car le parc n’offre plus de possibilités de développement

C.S.

Frédérique Yernaux a décidé de démissionner car le parc n’offre plus de possibilités de développement

Tout d’abord, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs comment vous êtes arrivée à ce poste ?

J’ai fait un bachelier en gestion et tourisme. Pendant mes études, j’ai fait mon stage au PNHP car je suis de la région. Après avoir travaillé au sein de la raffinerie de Mons, j’ai appris que l’ancienne directrice du parc avait démissionné. J’ai posé ma candidature et j’ai eu le poste. Je n’avais que 22 ans à l’époque.

Vous avez donc eu un gros challenge à relever vu votre jeune âge.

Nous étions dans les prémices du parc. On a poussé pour avoir accès à des subsides et se développer. Nous sommes passés de 3 à 6 personnes. J’ai eu la chance de trouver une équipe super dynamique qui a fait beaucoup avec peu de moyen.

Pourquoi avoir décidé de démissionner maintenant que le parc s’est vraiment beaucoup développé ?

Ça n’évolue plus beaucoup ici et pour l’avenir, on s’attend à avoir encore moins de subsides. En plus, en septembre, la commission de gestion va être renouvelée et on prévoira les projets sur 10 ans. Je ne voulais pas me lancer là-dedans alors que je ne me voyais plus rester ici à long terme. C’était la fin d’un cycle et pour moi, le bon moment pour rendre ma démission. Au moins, mon/ ma remplaçant(e) pourra s’imprégner de tout ça.

Quel sera le plus grand défi pour votre remplaçant ?

Le problème, c’est que le parc manque cruellement de visibilité. On est loin de tout et on a parfois l’impression de mettre l’énergie, pas dans rien, mais dans un parc peu connu. Pourtant, nous sommes coincés entre deux zones urbanisées, Mons-Borinage et Valenciennes-Maubeuge. Peu de gens connaissent la région des Hauts-Pays et ce n’est pas toujours évident. Si l’on axe plus sur la campagne de communication, on a moins d’argent pour les actions.

Retrouvez le reste de cet entretien dans notre édition du mercredi 14 août.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent