Publié le Samedi 14 Septembre 2013 à

Régions > Luxembourg > Actualité

Gestion de crise: une petite vingtaine de bourgmestres luxembourgeois ont appris les bons réflexes

Rédaction en ligne

Ce vendredi, une petite vingtaine des 44 bourgmestres de la province ont assisté à une réunion du comité des bourgmestres en planification d’urgence et gestion de crise. Objectif : apprendre à réagir correctement lors de situations de crise dans une commune. Pour la plupart des maïeurs, la réunion semble avoir été bien utile...


Des situations d’urgence -comme lors de l’accident de train en gare d’Arlon en 2010- demandent quelques réflexes à acquérir pour bien les gérer.

SP

Des situations d’urgence -comme lors de l’accident de train en gare d’Arlon en 2010- demandent quelques réflexes à acquérir pour bien les gérer.

Nous sommes le 21 novembre 2013, vers 16h. Un car qui ramène une trentaine d’enfants de 10 et 11 ans vient d’entrer en collision avec un camion-citerne transportant de l’essence dans un carrefour d’un axe central. Une dizaine d’enfants sont blessés, dont deux graves. Le scénario est planté. La petite vingtaine de bourgmestres luxembourgeois présents ce vendredi matin- les maïeurs des plus grosses communes faisant défaut- sur le site de l’Agence Spatiale Européenne à Redu (Libin) vont devoir faire fonctionner leurs méninges et montrer qu’ils connaissent les bons réflexes à acquérir dans de telles situations de crise. S

avoir qui prévenir, quand déclencher une phase d’urgence communale, provinciale ou fédérale, gérer les relations avec la presse et les médias, gérer un problème sur un site SEVESO... Autant de questions et de situations auxquelles tous les bourgmestres de notre province pourraient être confrontés un jour. La plupart des maïeurs se prêtent au jeu. « Déjà, pour commencer, je déclencherais le plan rouge  », lance André Defat, bourgmestre de Bouillon. «  D’abord, je bougerais mes fesses sur place  », lâche spontanément Maxime Léonet, maïeur de Daverdisse. Si le ton est bon enfant, l’exercice lui est sérieux. Et visiblement instructif, puisque les questions sont nombreuses.

Pompiers, membres de la protection civile, du centre de crise fédéral,... prodiguent conseils et infos utiles. Surtout à propos de la communication envers la population et les médias. «  N’oubliez pas, explique-t-on du côté des pompiers, si vous ne donnez pas la bonne information, il y aura une deuxième catastrophe... » Ou encore : «  Redirigez les journalistes vers le centre de crise  ».

L’exercice a duré une bonne heure. Si tous les bourgmestres présents espéraient en sortant ne jamais devoir vivre un tel scénario, ils sont tous au moins repartis avec de précieux conseils à appliquer !

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce samedi 14 septembre et dans notre édition numérique.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent